Comment ne pas vivre sa (vraie) vie en 7 leçons

Dans la série des pourquoi / quand / où / qui / comment, je réponds à une question qui m’a été posée par message privé par Sandrine, suite aux articles Burn Out et Nouvelle histoire. « Comment tu sais que tu dois changer quelque chose à ta vie ?« 

Et bien en fait, je n’en sais rien. Par contre, j’ai eu pleinement conscience que je ne pouvais pas continuer comme je le faisais.

Quels ont été les signaux ? Ils n’étaient pas folichons sans doute, mais soudain, je n’étais plus vraiment certaine que c’était la réponse que Sandrine attendait de moi. J’ai procrastiné, perdue dans la recherche du déclic que j’avais eu, et de l’envie de l’écrire mais il y en avait trop pour les énumérer et l’envie n’est pas venue. Alors, j’ai choisi de prendre le contre-pied et de faire un post en décalé : comment ne pas vivre sa (vraie) vie ? Parce que notre vie on la vit tous, plus ou moins bien, mais qu’en est-il de notre vraie vie ?

Alors, voilà 7 conseils à suivre à la lettre si tu ne veux pas vivre ta (vraie) vie :

1. Aie peur

Avoir peur, c’est facile. Il y a l’inconnu si grand et les gens si nombreux. Il y a ce qu’on a acquis et auquel on tient. Il y a tous les garde-fous qu’on a pris soin d’ériger le long de notre chemin. Il y a la routine bien agréable et la certitude que rien de fâcheux ne peut nous arriver, chose que certains appellent  « zone de confort ». Il y a les boules d’ enfance qui se rappellent à notre bon souvenir au creux de notre estomac et les genoux écorchés. Mais une chose est sûre, la peur n’évite pas le danger, par contre elle évite la nouveauté.

2. Doute

Et douter c’est aisé parce qu’il y a les « tu n’y arriveras jamais » et les « t’es sûre que ça vaut le coup », les « t’as pas peur? » et les « et si ». Il y a les yeux arrondis à l’annonce d’une décision prise et les doutes des autres qui viennent percuter les nôtres pour les rendre encore plus gros. Je doute, tu doutes, il doute, nous doutons. Mais sache que c’est du doute que nait la création parce que c’est lui qui remet en cause nos certitudes et nous pousse en avant.

3. Fais comme d’habitude

Pour être sûre d’avoir les mêmes conséquences, rien ne vaut les mêmes façons de procéder. Si tu ne changes rien, il y a peu de chances que tu parviennes à te réinventer. Alors prends un autre chemin pour aller au boulot, mets deux chaussettes dépareillées, modifie ta couleur de cheveux. Change, même une broutille !

4. Écoute les autres

Surtout ceux qui t’aiment, parce qu’ils ont aussi peur que toi, si ce n’est plus, parce qu’on a toujours peur pour ceux qu’on aime et qu’on n’est rarement objectif. Écoute ceux qui n’ont rien fait et qui ne voudront pas que tu tentes ta chance de peur que tu les dépasses, que tu les abandonnes, que tu t’envoles. Reste prisonnier de ta fidélité familiale et tiens-toi au rôle que l’on t’a attribué dans la fratrie. Ou alors, écoute ton intuition, ta voix intérieure, suis le vent ou les étoiles filantes, regarde les signes autour de toi et tu sauras.

5. Laisse-les autres prendre les décisions qui te concernent.

Des décisions qui ne changeront pas leur monde, et comme ils t’aiment, ils savent mieux que toi ce à quoi tu aspires au plus profond de toi. Ou alors, écoute-les, et fais un choix. Le tien.

6. Attends le meilleur moment

Demain, dans 6 mois, à la retraite. Quand je n’aurais plus les enfants, quand il ne pleuvra plus ou quand les poules auront des dents. Le meilleur moment, c’est maintenant!

7. Fais des tas de choses, sauf ce qui compte vraiment pour toi

La meilleure excuse pour ne pas changer c’est « je n’ai pas le temps » de me mettre au sport/ à écrire/ à jouer du violoncelle/ à m’inscrire à la fac/ … Rien de plus simple que de s’occuper de tout un tas de choses pour oublier ce qui compte vraiment et ce à quoi on aspire.

Quel est votre secret pour vivre votre (vraie) vie ?

Pic by Ryan Graybill from Unsplasch

 

13 commentaires sur “Comment ne pas vivre sa (vraie) vie en 7 leçons

  1. Super article ! Tout à fait d’accord avec les 7 points.
    Pour moi, c’est exactement ce que je fais : faire quelquechose de nouveau, de difficile, qui fait peur, dont les autres ont peur et ne veulent pas faire, le faire pour moi, ici et maintenant.
    Je pense que le secret est de faire quelquechose qui réveille chaque jour une étincelle de joie au fond de toi. Et surtout de vivre l’instant présent avec sérénité et joie (sans culpabiliser sur le passé, ni s’inquiéter pour le futur).
    Carpe Diem !

    Aimé par 1 personne

  2. ah les doutes…
    je trouve que les doutes sont bien pire que la peur car ils te questionnent souvent sur ta propre valeur.
    J’ai moi- même choisi par deux reprises un nouveau mode de vie ( quitter Paris alors que j’aurai pu y rester pour faire mon internat, ce qui m’a valu une convocation dans le bureau du doyen de ma fac qui me prenait pour une folle et quitter Brest où une jolie carrière universitaire m’était promise pour aller travailler- et vivre surtout- dans le sud-ouest ).
    L’arrachement à mes habitudes a été dur mais les doutes, ah les doutes…j’ai failli renoncer plusieurs fois à cause de ses fameux doutes: serai je capable de ….et de…. et de….la machine à douter est lancée , et l’estime de soi en prend toujours un coup à ce moment là.
    Mais quel bonheur de les surmonter et de voir que ces doutes n’ont en rien gagné , qu’on a passé sans encombre les trucs dont on ne se croyait pas capable.
    La peur, ou l’angoisse, par contre ,m’ont aidé à mettre en place des solutions contraphobiques qui s’avèrent souvent indispensables pour le bon déroulement du changement.
    De tous ces changements, je n’ai qu’un seul regret, et de taille: être partie quelques mois avant que le diagnostic d’Alzheimer tombe pour mon père, et n’avoir pas pu aider ma maman autant que je le voulais dans les derniers mois. Heureusement, elle s’en est sortie comme une chef , ce qui fait que ce regret est moins dur à porter.

    Bon, en ce moment, le changement c’est maintenant, et se mesure aux volume de cartons qui s’accumulent dans le salon! mais là, point de doutes, de peur, mais quand même des conseils de mes proches -mon frère en visite- qui se demande si ça vaut bien le coup de faire tout ce qu’on a prévu comme travaux… »ça coute quand même cher pour juste changer, et c’est quand même bien comme ça, et ça sert à rien »
    eh bien ça m’a donné encore plus envie!
    mais j’aimerai vivre un changement plus conséquent qu’une rénovation de maison!

    Aimé par 1 personne

  3. C’est tellement facile, tu as fait le gros du boulot en trouvant l’idée, et tu nous invites à réagir et réfléchir, ce que heureusement j’arrive encore à faire et ne répugne pas à partager!
    mais le gros du mérite te revient, trouver les idées et les développer sans rien pour s’appuyer dessus, moi je dis chapeau!

    Aimé par 1 personne

  4. J’aime bien ta recette! Je suis championne du monde de l’art de ne pas ( bien ) vivre sa vie … La pret procastination dans le changement, je connais bien , et pourtant depuis 2014 chaque rentrée est une nouvelle vie!
    Mais parfois le changement de vie, est un refuge pour justement de ne pas changer le fond du pot …

    Aimé par 1 personne

    1. Entièrement d’accord avec vous So. Je pense comme vous que parfois (souvent même) le changement est un leurre pour finalement ne rien changer. Il y a la période où l’on est grisé par ce changement et tout ce qu’il engendre mais très vite « le naturel revient au galop »
      Nolwenn

      Aimé par 1 personne

  5. C’est vrai , dans mon cas, le changement de cadre de vie, fait qu’un temps La routine est détournée, et puis , doucement elle se réinstalle : les habitués reviennent , différentes dans les faits, mais fondées sur la même signification . Changer le fond du pot pour moi, c’est parvenir à trouver le truc qui empêche l’engrenage de tourner vraiement rond – en vrai je sais très bien ce que c’est- à bouger non pas l’habitude seule , mais aussi sa signification et avoir le courage de l’affronter et d’en tirer les conséquences . Mais la peur de l’inconnu et les doutes – on fera comment Si moi je change? Notre équilibre à tous ne repose t il pas justement sur ce tout petit truc???
    Bref du coup , les grands changements de cadre de vie, de lieu et de temps de travail , parce qu’ils demandent une vraie énergie et une vraie réorganisation me permettent de remettre la question de fonds à plus tard … toujours plus tard. ( permettre n’est absolument pas le bon mot)
    Toutefois, il est des routines qu’il ne faut pas changer : lire ton blog par exemple , et se poser des questions avec toi 😉.
    Bon week end.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.