Comment écrire un livre ?

Je crois que, sans vraiment m’en rendre compte, j’ai commencé une nouvelle catégorie d’articles sur ce blog : L’écriture, pourquoi, comment ? Vous comprendrez sans doute le moment venu pour quelles raisons je me suis attelée à cela, mais pour l’instant, laissez-vous faire, on fait le chemin ensemble.

Voici donc la première question,  qui m’a été posée dans un précédent commentaire et tout à fait transposable à une autre activité de votre choix : faire la cuisine, jouer du violoncelle, faire du sport ou tout ce que vous voudrez. Tant que tu ne te mêles pas de mode, me direz-vous, tout va bien!

Alors, comment tu as fais pour trouver le temps ?  Parce que moi, j’ai pas le temps!

L’histoire du manque de temps, avec le recul, j’ai plutôt tendance à dire que c’était ma meilleure excuse. Le truc du « j’ai pas le temps, j’ai les enfants/j’ai pas le temps, je bosse/j’ai pas le temps, j’ai poney, » ça allait un moment. Il a bien fallu regarder ce fichu temps dans les yeux et lui faire comprendre qui de nous deux était le boss (moi).

Au début (pendant environ huit ans) j’ai mis le réveil à 6h et j’ai écrit tous les matins jusqu’à 7h30, ensuite je courrais dans la maison pour que tout le monde soit prêt au moment du départ (7h/ 8h/ 8h20) (et ça me permettait sans doute de conserver ma ligne) (je cours beaucoup moins aujourd’hui) (voilà, c’est ça). Puis je courrais toujours  jusqu’à l’école/collège/lycée/ et je me fondais dans ma vraie vie du bureau où je trouvais encore quelques possibilités de courir.

Il y a eu aussi ce moment où j’ai béni mes insomnies car elles m’ont donné la possibilité d’écrire deux ou trois heures supplémentaires. J’ai dans le même temps espéré (en vain) tomber malade.

Il y a peu de temps j’ai rencontré par l’intermédiaire de Delphine une jeune femme qui écrit du théâtre. Elle m’a dit « je ne sais pas comment tu fais, moi aussi je travaille à la maison, mais j’ai toujours autre chose à faire ». J’ai hoché la tête et souri. Ce n’est qu’après, que j’ai réfléchi à ce que j’avais fait pour trouver le temps (de faire du violoncelle, du sport, écrire et tout le reste)

  1. Caser du temps le matin tôt (réveil à 6h, rien que de le dire, c’est fatigant!), mais le matin on est normalement plus frais, ou tard le soir (impossible pour moi qui ne suis qu’une larve passé 21h30). Pour écrire c’est facile, jouer du violoncelle à 6h du matin avec une maison remplie c’est beaucoup plus délicat, mais ça fonctionne avec lire, faire du yoga, du sport, courir, peindre, dessiner, coudre, tricoter. Bref vous avez saisi l’idée de base. Il faut trouver du temps pour soi.
  2. Mettre en place un rituel qui dit à votre corps et à votre esprit : « ça y est, c’est le moment on va y aller ». Même principe que quand on se met en pyjama (normalement c’est avant d’aller au lit) pour conditionner son esprit à ce qui l’attend . Il y en a pour tous les goûts : allumer une bougie, se faire un thé, s’assoir au bureau , enclencher la musique, enfiler une tenue de sport, ouvrir les volets.
  3. Prioriser et rayer des plages horaires consacrées au projet, quand le matin ne suffit plus, plages horaires qui ne prendront pas le pas sur le travail (entre midi et deux pour moi) pour avancer et ne faire que ça. La discipline ne sera pas une réelle difficulté pour vous (normalement, parce que quand on veut, vous connaissez la suite) le problème viendra des autres qui voudront manger avec vous/aller faire une course ou deux/ vous faire relire un courrier ou un mail/ eux qui auront absolument besoin de votre avis, là tout de suite, maintenant.
  4. La suite n’engage que moi et n’est peut-être pas adaptable à d’autres activités que l’écriture: laissez travailler votre esprit tout seul.  Donc quand il a besoin de réfléchir, faire des tris entre plusieurs possibilités de la plus haute importance au sujet de « mon projet », je repasse. Je ne suis pas experte en la matière, mais pendant le passage du fer à repasser sur le tissu, mon esprit se désencombre. (il n’y a pas que moi qui ai l’impression de vivre ça?)(rassurez-moi) ChériChéri dit que c’est dommage que mon esprit ne soit pas plus souvent encombré, ça lui éviterait d’attendre une chemise pendant trois semaines.
  5. Chérissez la routine (si, si, si) qui elle aussi désencombre l’esprit de savoir ce qu’on a à faire, à quelle heure, avec qui, pour quoi. La routine n’est pas aussi ennuyeuse qu’on le pense.

 

 

 

9 commentaires sur “Comment écrire un livre ?

  1. intéressant je garde pour… quand j’aurai le temps!!
    Non, pour être honnête, il y a plein de points qui sont assez difficiles pour moi, à commencer par me lever tôt! je suis une couche tard, mais le soir quand j’ai le temps j’apprends l’ arabe. Et le matin quand j’y arrive, je fais du yoga.
    Pour moi, priorisez quelque chose qui passe devant les amis, c’est pas possible, ça va contre mes gènes d’animal ayant besoin de contacts amicaux!
    enfin pour l’instant j’avoue que je n’aime pas trop la routine, car je n’en ai pas vraiment besoin dans ma vie de tous les jours, et comme j’ai un mari que la routine rassure, j’ai besoin pour ne pas me sentir engoncée dans sa routine, d’en avoir le moins possible pour moi! à part ma routine sportive ( routine tout à fait originale puisque je n’ai ni heure ni schéma imposé pour y aller mais je tente de m’astreindre quand je ne déménage pasà 4 séances par semaine), qui pour moi est l’équivalent de ton repassage.

    Aimé par 1 personne

  2. Bon j’arrête de bouder. Mais pas sûr que je retrouve TOUT ce que j’avais écrit précédemment, sous ton billet si plein de sagesse.

    En bref, je suis TOTALEMENT d’accord avec toi.

    Nous disposons tous du même temps quotidien, 24 heures, à chacun d’en disposer selon ses priorités. Alors OUI certes, on a tous du temps contraint par des impondérables (je ne les énumère pas, car là encore, chacun a les siens), et ces contraintes sont plus lourdes pour certains que pour les autres. Question de perception, mais même de façon intrinsèque oui, on n’a pas tous le même temps dont on dispose comme on veut.
    Cependant, on en a tous, de ce temps qu’on peut organiser à sa guise. Alors en cherchant un peu, on peut tous consacrer du temps pour soi, pour un projet ou une activité qui nous tient à coeur, remplacer du rien ou du pas très important par ce qu’on VEUT.
    Et tant pis s’il y a un peu plus de poussière sur le buffet. C’est avant tout et toujours une question de priorités.
    A moi aussi on me demande souvent comment je fais « tout ça ». Bah… en gros, je fais comme toi. Il n’y a aucun secret, ni aucune magie, encore moins du « t’as de la chance que ton homme… »…. Alors ça, ça m’éneeeerve ! Non, je n’ai pas de chance, j’ai posé les choses à un moment, j’ai classé mes priorités, j’ai exprimé mes besoins, mes désirs, voire mes rêves. Oui, mon homme fait souvent les courses, la cuisine, mais peut-être aussi que c’est parce que je l’ai LAISSE (oui laissé, pas demandé) faire tout ça, chacun a trouvé sa place naturellement, personne ne se sent lésé ou frustré, chacun respecte l’autre et l’accompagne. Je ne dis rien de tout le temps qu’il passe à chanter, jouer de la musique, partir en concert, etc., je respecte ça… Et moi aussi à la maison, je fais largement ma part hein ! (et puis on en parle de la charge mentale ? Qu’est-ce que j’ai aimé cette discussion sur les réseaux récemment !)
    Heu bon, dans ma première version de mon commentaire, je ne parlais pas du tout de ça…… Mais je me rends compte que ça aussi, c’est important dans sa réalisation propre.
    Bref.
    Je crois aussi que moins on en fait, moins on a envie d’en faire, et inversement. Quand le temps est séquencé, que le timing est serré, on est plus efficace. Beaucoup plus.
    Du coup, parfois on peut avoir l’impression de n’avoir « pas une minute à soi », alors que…. c’est l’inverse !

    Merci pour ce billet qui pose bien les choses.

    (Et maintenant je fais un ctrl+A, puis ctrl+C avant d’envoyer….)

    Aimé par 1 personne

  3. Prendre le temps, on le trouve toujours si on le définit bien.
    J’écris moi aussi le matin. Le matin je suis productive. Et quand mon fils n’est pas là je me lève à la même heure et j’écris plus longtemps. Sinon je mise beaucoup sur l’inspiration, et quand elle arrive je note tout de suite, comme ça je peux y revenir quand je veux, plus tard. Souvent entre midi et deux, le soir ça dépend de la masse de travail de la journée!
    A partir du moment où on veut vraiment quelque chose, on trouve le temps. C’est mon motto dorénavant!!

    Super article!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.