A comme Adoptie

En ce moment, on me réclame des textes sur la parentalité adoptive. Je cherche, je me cogne aux murs, je trébuche parce que, comme je le dis souvent, la vie, ici, a repris ses droits. Alors, s’il s’agit de trébucher autant le faire avec ce texte que j’aime vraiment beaucoup qui est le prologue de « Vent fort, mère agitée », mon premier livre. Rien de mieux que de penser à lui aujourd’hui. Parce qu’aujourd’hui. Enfin, ceci est une autre histoire que je reviendrais vous raconter.

Pour beaucoup de gens, adopter quelque chose se résume à adopter un chien ou un chat à la SPA, adopter un projet de loi ou adopter une bonne hygiène de vie,  qui reste la résolution N°1 du plus grand nombre le 1erjanvier au matin.

Pour les plus jeunes, adopter c’est AdopteUnMec.

Pour vous qui rentrez en Adoptie (pays de l’adoption) rien ne sera plus comme avant. Terminé. Foutu.

Commencer une procédure d’adoption c’est tomber en  Adoptie, comme on tombe amoureux, ou comme on tombe malade. Un peu comme celui qui serait tombé dans le chaudron et aurait bu toute la potion. La moindre allusion à l’adoption vous fera dorénavant tourner la tête, dresser l’oreille, vous envoler quelque part tout en restant là. Exercice étrange s’il en est. Et assez difficile au demeurant. Tout comme une femme enceinte voit des femmes enceintes partout, vous allez entendre ce mot des dizaines de fois par jour.

Vous allez apprendre toute une gamme de nouvelles définitions pour des mots banals. Projet n’aura plus jamais la même consonance, ni mère, pas plus fratrie, particularité, coca ou attachement. Voilà c’est dit.

Tout dorénavant va prendre une autre couleur, un autre goût. Miel ou chocolat, vanille ou caramel ne seront plus jamais des parfums de crème glacée. Plus jamais vous ne regarderez non plus  le soleil se lever puis se coucher de la même façon. De la salle d’attente chez le médecin vous ne retiendrez que le mot attente et vos futurs voyages n’auront plus qu’un horizon : celui vers lequel vous emmènera votre dossier. Et justement, le mot dossier ne sera plus jamais anodin dans votre bouche.

Plus jamais non plus vous ne regarderez Superman, Steve Job, Moïse ou certains personnages de dessins animés de la même façon. Certains soirs vous vous surprendrez à regarder des émissions militaires racontant le parcours du combattant juste parce que vous voudrez comparer votre parcours avec ceux de ces militaires crapahutant dans le désert. D’autres fois ce seront des émissions animalières uniquement pour envisager la vie du côté de l’éléphante et de la longueur de sa grossesse.

Parfois vous aurez l’impression d’être assis dans une grande roue, vous serez tour à tour euphorique ou nauséeuse. Ou bien vous imaginerez vous dans un embouteillage à l’échelle planétaire. Un embouteillage sans fin. Vous penserez d’autres fois être les passagers du vent, et parfois vous ferez le gros dos quand la mer sera agitée. Vous apprendrez quelques mots dans des langues étrangères dont vous n’aviez jamais entendu la moindre sonorité et vous deviendrez incollable sur la géographie d’une certaine partie du globe. Vous vous découvrirez des amies ou des presque sœurs partout autour du monde, et internet revêtira désormais une mission d’une importance capitale : vous raccorder à votre monde. Celui de l’adoption.

Bon voyage en Adoptie.

Pic by Brandon Wong from Unsplasch

19 commentaires sur “A comme Adoptie

  1. Mon Dieu, que ce texte est proche de ce que je vis ! la seule chose pas encore faite, le visionnage de l’émission militaire mais finalement est ce que j’ai besoin pour savoir que ce que l’on vit est un parcours du combattant?
    Le petit livre jaune est sur ma table de nuit, parfois j’en lis un passage pour me rassurer et me rendre compte que ce que nous vivons n’a rien d’anormal. Que ces montagnes russes émotionnelles ne vont pas tourner en boucle indéfiniment, qu’il y aura une gare d’arrivée. Pour ce texte là, d’utilité publique pour ceux qui adoptent , et si joliment écrit, maitrisant les nuances des émotions avec délicatesse, je te remercie régulièrement du fond de mon lit.

    Alors, parce qu’aujourd’hui, mes pensées t’accompagnent dans ce nouveau voyage. Des bises.

    Aimé par 1 personne

  2. Tu as raison. Je l’ai vécue aussi, sans que ce soit moi qui sois adoptée, et sans qu’il y ait réciprocité. Je préfère me focaliser sur les jolies choses 😉

    J'aime

  3. et pour la première fois, j’ai lu un article qui en parle sans masquer la réalité de ce qu’est devenu notre monde, notre pays, surtout pour ceux qui veulent y entrer; C’était dans le magazine Parenthèse de décembre.
    Sinon, petite surprise dans le magazine Maxi de cette semaine, si vous le lisez … 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Les quelques qui ont adopté autour de moi, je les admire profondément… A chaque fois que je regarde une émission sur l’adoption, j’ai la larme à l’oeil.
    Quel parcours et surtout, quelle ténacité ! Bravo à vous tous.

    PS : la pub qui m’est proposée entre ton texte et la zone de commentaires est « Adopte une mature (trouve des célibataires de plus de 40 ans et amuse-toi) » – voilà voilà…

    J'aime

  5. L’adoptie! Monde terrifiant quand on y pose les pieds, comme l’inconnu qui fait souvent peur à l’humain mais qu’on souhaite essayer de percevoir en imaginant en lisant en parlant en mangeant adoptie. Et puis ensuite on ne s’en rend même plus compte mais ça coule d’evidence, parce qu’on lui a fait une place, grande, dans le quotidien.
    Merci pour ses mots qui racontent si bien les premiers pas mais qui me rendent curieuse pour le parce qu’aujourdhui!

    Aimé par 1 personne

    1. Ah ah ah c’est vraiment gentil de vous inquiéter pour moi 😊. Je suis à Paris où j’ai fait la tournée des maisons d’édition pour y déposer mon manuscrit. Bientôt la suite de mes aventures à lire sur le blog. Ah ce teasing de dingo!!

      Aimé par 1 personne

  6. Bonjour à toutes ,
    Je me permets de venir sur la pointe des pieds pour vous encourager à tenir bon et jamais lâcher . Le chemin est long, ça secoue, on espère, on pleure , chaque jour on vit sur les montagnes russes … mais au bout du bout on est récompensé de cette longue et désespérante attente …Que l’on fini par oublier d’ailleurs , un peu comme les douleurs lors de l’accouchement non ?
    J’ai commencé mon voyage en adoptie dans les années 1998.. j’ai rencontré ma fille en novembre 2001 , elle avait 2mois et 15 jours….on fête depuis toutes les 2 cette journée des » trouvailles « chaque 22 novembre et rebaptisée ainsi par ses soins !Elle connait depuis toujours son histoire .
    c’est une belle et attachiante ado aujourd’hui, bien dans ses baskets et trés solaire .J’aime regarder et redécouvrir la vie à travers ses mirettes .
    j’aime vous lire FBWL , merci pour vos mots et vos jolies photos

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.