Rebondir

Rebondir :

verbe intransitif
  1. 1.
    Faire un ou plusieurs bonds après avoir heurté un obstacle.
    Balle qui rebondit sur le sol.
  2. 2.
    au figuré
    Prendre un nouveau développement après un temps d’arrêt.
    La discussion rebondit.

Depuis ma plus tendre enfance, je suis un schéma, toujours le même. Je fais une chose, le plus souvent de façon autodidacte, je deviens super forte et puis. J’arrête.

J’ai fait du théâtre et ai lu une quantité de pièces incroyable, de Molière à Samuel Beckett, de Tenesse Williams à Feydeau. À cette époque je lisais tout sur le théâtre, les essais, les biographies, les articles. Tout. Dès que le mot théâtre apparaissait quelque part, je ne voyais que lui. Ça a duré sept ou huit ans et puis j’ai arrêté. Je ne suis plus jamais remontée sur une scène de théâtre. Pire, je ne vais que (très) rarement au théâtre. Quelqu’un m’a alors dit  » si tu as besoin que quelqu’un te pousse pour continuer, c’est que ce n’est pas ta voie. » Don’t act, ce n’était pas ma voie.

Le schéma s’est reproduit pour mes études d’histoire de l’art (incollable sur la peinture contemporaine), l’éducation (incollable sur l’éducation bienveillante avant qu’elle ne soit à la mode), le bien-être au travail (avant l’heure), les sciences de l’éducation et tellement d’autres sujets. Le problème c’est que je suis toujours en avance, à l’avant garde (ça marche aussi pour les futures couleurs à la mode que je renifle deux ans avant leur apparition dans nos dressings). Chaque découverte/intérêt/activité laisse une empreinte en moi. Et je peux vous dire qu’il y a de nombreuses strates : la peinture, la philosophie, la lecture, le violoncelle, la psychologie, la cuisine (je suis celle qui fabrique des rouleaux de printemps le jeudi soir), le coaching, l’adoption, la déco, les enfants, l’écriture… Toujours, il me semble entendre une petite voix au fond de moi qui dit « mais, en fait, Nat, c’est quoi qui t’intéresse ? C’est quoi ta VOCATION ? » Il en faut forcément une pour être, voire devenir. C’est un problème : je n’ai pas de vocation et par conséquent je n’ai donc pas de MISSION en ce bas-monde. Ce n’est pas de ma faute, c’est que tout m’intéresse. Enfin pas vraiment tout non plus, faut pas déconner! Le problème aussi, c’est que j’arrête. Et que quand j’arrête je ne reprends pas (je n’ai pas posé mes doigts sur un violoncelle depuis 5 ans par exemple).

J’ai toujours dit à mes enfants que l’important dans la vie c’était de rebondir. D’être malléable. De trouver son bonheur, ou du moins un petit bout de son bonheur, n’importe où. Qu’un jour il pouvait être là, mais le lendemain ailleurs, que c’est ça, la vie. Il faut avancer, utiliser toutes les cartes qu’on a en main, changer d’angle de vue, jouer du piano debout ou écrire au lit, regarder ailleurs, de l’autre côté de la barrière, et créer des intersections entre les univers. Parce que c’est dans ces intersections que se trouve l’Idée.

Jusqu’à aujourd’hui, et grâce à Val Lao sur la Colline et son lien (voir en-dessous), je ne savais pas qu’il s’agissait d’une aptitude ni qu’elle portait un nom. Ça s’appelle être multi-potentialiste.

Multi-carte ou multi-potentialiste, finalement, je n’étais pas trop éloignée du concept.

Et vous, êtes-vous multipotentialiste ou avez-vous une vocation chevillée au corps ? Racontez-moi…

Pic by Edu Lauton on Unsplash

 

7 commentaires sur “Rebondir

  1. je suis un peu comme toi, sans pour autant arrêter totalement, mais je passe à autre chose. D’une passion à l’autre, d’une envie à l’autre, d’un constat ou d’une découverte naît une envie d’approfondir un sujet, de m’y plonger corps et âme … Je ne suis pas en avance sur mon temps, je suis une observatrice, j’analyse, j’essaie de comprendre, et à force de chercher pourquoi et où il y a un truc qui coince, je m’y accroche et j’essaie à mon niveau de voir si je peux mettre de l’huile dans le rouage. Parfois, ça paie, souvent ça use, mais je ne sais pas faire autrement.

    Aimé par 1 personne

  2. Je savais que tu rebondirais sur cette vidéo, quand je t’ai lue sous mon lien… Tu vas encore me faire pleurer.
    Je ne sais pas toi, mais moi je vivais assez mal ces « et puis j’arrête ». Cette inconstance apparente. « Cette girouette » disaient mes instit sur un ton réprobateur… Cette impression donnée que je me laisse porter par le vent alors que non, c’est une véritable attirance vers une nouvelle discipline qui me pousse…
    Tant de choses m’intéressent. Tant.
    Comment parler d’inconstance (c’est ce que j’ai pourtant longtemps cru) alors que je ne survole rien, au contraire, je suis comme toi devenue incollable dans de nombreux domaines, chacun s’enrichissant des connaissances acquises dans d’autres, parfois par des chemins de traverse. Cela rejoint ce que tu dis « Parce que c’est dans ces intersections que se trouve l’Idée », j’adhère à 100%.
    Mon parcours professionnel est à l’aulne de cette recherche permanente de nouveauté, se traduisant du coup par une forte capacité d’adaptation. J’ai occupé de nombreux emplois, suis volontairement passée de l’un à l’autre, le plus souvent au bout de 18-24 mois. Pourtant, voilà maintenant bientôt 10 ans que je suis sur le même poste, dont 8 où je m’ennuie (c’est long), m’enlise, mais, pour diverses raisons, sans pouvoir partir pour autre chose.
    A l’arrivée, mon CV peut faire peur, un peu.
    Pourtant, c’est ce CV (largement élagué, je dois dire, j’y parle pourtant de mon activité de créatrice qui n’a RIEN à voir avec mon emploi de salariée, encore que, je suis capable de tirer des fils qui font des liens) que j’ai présenté dernièrement et qui est en train de déboucher sur un gros poste pour lequel je n’aurais jamais cru être appréhendée (le propre des « multi-potentialistes », c’est de penser qu’on est pas assez spécialiste, non ?) ; je précise d’ailleurs que j’ai pris mon téléphone pour appeler le DG d’une boîte sans savoir s’il avait quelque chose à me proposer, et sans viser un poste de cette envergure. Le culot parfois… ou l’abysse au fond duquel on se noie… peuvent pousser à faire des choses complètement improbables… C’est ce que j’ai fait avec ce coup de fil (même pas à un ami).
    C’est aussi ce CV « atypique » (l’adjectif prononcé par 3 des 4 personnes avec lesquelles j’ai passé un entretien pour ce poste) que je pensais complètement anarchique, qui a pourtant retenu l’attention…
    Quand je me trouve face à un domaine inconnu mais que j’ai besoin de savoirs dans ce domaine pour avancer, je ne suis pas inquiète, au contraire, je suis excitée, parce que je vais encore apprendre quelque chose de nouveau. J’ai besoin de cette stimulation intellectuelle, j’ai besoin de comprendre, j’ai besoin d’aller au bout des choses, alors ça ne me fait pas peur. Et plus ça va, plus vite j’apprends (on en parle du quinqua power ?)
    Au-delà des connaissances pro acquises au fil des postes et des années, il y a aussi toutes les disciplines artisanales (ou artistiques) auxquelles je me suis adonnée. En vrac et pas dans l’ordre 😉 il y a ou a eu : le tricot, la restauration de meubles, le modelage de terre, la poterie, la sculpture, la céramique, le papier mâché, la création de luminaires (bien avant mes baladeuses actuelles, il y a eu aussi des 10e de lampes bien plus excentriques), la carterie, le pliage de papier, la teinture de tissu, et depuis 4 ans, la couture… j’en oublie je crois. Et en parallèle, l’infographie, le code html, incollable en bureautique… Mais aussi, la course à pied (on en parle, de la pile de magazines spécialisés ? et de tous mes abonnements youtube parlant juste de technique ?), le féminisme (vaste sujet), la déco et les aménagements d’espace, et tant d’autres disciplines…
    Et le tout complètement en autodidacte évidemment…

    Bref, tout ça pour dire que cette vidéo, là, en plus de cette perspective de nouveau poste dans une nouvelle entreprise, m’ont fait un bien fou. Elle a débloqué quelque chose en moi. En quelques jours, je suis une autre, je me sens plus forte.
    Tu dis « Le problème aussi, c’est que j’arrête. » Maintenant que j’ai vu cette vidéo, je te demande : pourquoi, « le problème » ? On ne peut pas TOUT faire tout le temps, si on s’intéresse à autant de choses. Ce sont, comme tu le dis, des strates, on empile tout ça et ça fait un joli matelas de connaissances, de plus en plus haut, de plus en plus confortable. Moi je vois ça aussi comme une toile avec des fils qui se rejoignent, se recoupent.
    Je croyais cette successions de centre d’intérêt handicapante ou le signe d’un truc qui ne tournait pas rond chez moi, je me rends compte qu’en fait c’est une foutue richesse !

    J'aime

  3. Moi aussi j’ai regardé cette vidéo avec beaucoup d’intérêt. Et je me suis reconnue sur certains aspects. Professionnellement pourtant, j’ai un parcours qui a l’air très stable mais rien que le choix de ma spécialité montre mon horreur de la spécialisation! Et puis j’ai ajouté plein de cartes à mon jeu, pour finir par changer de métier récemment.
    Sur le plan de ma vie personnelle, j’ai cette capacité à m’adapter à des situations parfois difficiles et à m’engager à fond quand quelque chose me tient à cœur.
    Par contre, sur un plan, je ne me reconnais pas du tout dans cette description, j’ai bien du mal à être focalisée sur un passe-temps , faire une peinture m’amuse, en faire 10 c’est juste impossible. Ce que j’aime dans mon métier, c’est que ça bouge tout le temps , je suis plutôt touche à tout que prête à aller à fond dans une activité. Alors le tricot, la couture, la poterie le macramé, ou tous ces loisirs créatifs qui demandent un peu de technique, je n’ai jamais réussi. J’admire aussi les créateurs comme ta fille ou Val capables de décliner de multiples façons des œuvres , parce que je suis simplement incapable de consacrer autant de temps à quelque chose.
    jouer de la musique m’a procuré aussi beaucoup de plaisirs mais ne m’en procurait plus beaucoup ces derniers temps, parce que le travail technique nécessaire pour pouvoir continuer était énorme.
    Si je pouvais sculpter, peindre , jouer au golf, jouer du saxo, faire du kitesurfing tout en y consacrant que 15 min par jour je serai ravie! Du coup je me rabats sur des activités où la technique n’est pas primordiale, facilement accessible sans préparation ni technique à maîtriser.

    Aimé par 1 personne

  4. Ah oui tiens, j’ai oublié un domaine dans lequel je me suis investie à fond aussi, certes à cause (ou grâce) à ma maladie, mais d’autres qui ont la même ne sont pas allés chercher plus loin que les protocoles des médecins. Du coup, j’ai de bonnes connaissances en nutrition, et connais parfaitement les tenants et aboutissants de ma maladie, au point qu’à un moment donné, j’ai cherché comment partager ce savoir au sein d’hôpitaux en devenant « patient expert » (pas possible ici, et de toutes façons pas assez développé en France pour l’instant sur cette maladie)

    J'aime

  5. je suis super contente d’apprendre que je suis multi-potentialiste plutôt que « sans vocation » et que ma succession de passion est plutôt positive, la musique avec le piano commencé à 6 ans (et que j’ai laissé tombé 6 ans plus tard alors que ça devenait intéressant juste pour embêter ma maman..), le sport (oui, j’ai été accro au sport, même moi j’ai du mal à le croire) et j’ai laissé tombé après deux sélections en équipe de france junior parce que l’aviron c’est pas le foot et que je préférais faire des études… même pour mes études je me suis passionnée, cela n’a jamais été une contrainte et cela m’a permis de me passionner ensuite pour un boulot que je n’exerce plus aujourd’hui, puis j’ai eu des périodes déco, desperate housewife (au sens propre du terme), voyage, brico, adoption, éducation, cuisine, psycho, DIY (comme on dit aujourd’hui) et de bonds en rebondissements je suis là aujourd’hui forte de plein d’expériences et un petit regret : il est difficile de réveiller une passion passée : je n’arrive pas à me remettre au piano sérieusement.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.