Les voyages forment la jeunesse #1

8 heures du mat. Elle n’a pas de frissons et ses dents ne claquent pas. Dehors il fait beau et doux. C’est aujourd’hui qu’elle part.

Premier épisode :

8 heures 30, c’est l’heure à laquelle elle a décidé de vérifier ses billets. Elle les a achetés il y a plus de deux mois, et elle n’a pas envisagé de les vérifier plus tôt. Pourquoi devrait-elle douter de ce qu’elle a fait ?  Et que personne ne vienne lui dire qu’elle s’y prend au dernier moment pour tout rassembler. Elle fait ce qu’elle veut.

Dans moins de deux heures elle prend le train. Elle monte à Paris comme on dit. Un week-end de filles, une parenthèse, une bulle d’oxygène. Il serait quand même bon de glisser les billets papier dans son sac. Elle a bien l’application adéquate, celle qui permet de faire apparaitre le QR code dans son téléphone, mais on ne sait jamais, il vaut mieux les prendre.

Où les a t-elle posés ces fichus billets. Elle s’agace un peu. Cherche la pochette en plastique en soulevant tout ce qui a été empilé sur ses étagères et qui ne lui appartient pas. Elle aimerait bien qu’on respecte son bureau. Est-ce qu’elle va mettre son bordel dans les salons de coiffure, elle ? Non.  Ah! Ils sont là. Départ 10h10. Impeccable. Heure normale. Pourtant quelque chose l’interpelle. Il y a un problème. Où ? Arrivée Gare Saint Jean 14h15. Le problème est là. Entre Bayonne et Bordeaux il y a deux heures de train. Il est où le lézard ? Ses yeux glissent vers le bas de la feuille : TGV départ 10H10. Arrivée à Dax. Correspondance à Dax. C’est quoi ce bordel, correspondance à Dax ? Puis le trajet Dax Bordeaux se fait en B. U. S. Trajet deux heures et quart!

Bordel. Bordel. Bordel. Non, mais ça ne va pas ? Elle ne va pas mettre tout ce temps pour aller à Bordeaux ? Et sa voiture qui est au garage (oui, encore une fois), c’est vraiment pas de chance. Elle dégaine sa carte bleue et pour 19 euros elle prend un nouveau ticket de train qui va de Bayonne à Bordeaux en deux heures. Oui, mais il y a un autre problème. À Bordeaux elle doit retrouver son amie et ensemble prendre un autre train pour Paris. Elles avaient dit « on fera le voyage ensemble ce sera plus agréable ». Et? Donc elle monte dans le train Bayonne/Paris à 10h10. En descend à midi pour une attente de 3 heures à Bordeaux. Elle laissera  son train partir à Paris puis en laissera passer deux autres avant de monter dans celui de 15h50. For. Mi. Da. Ble. À croire que rester des heures assise à son bureau lui a ramolli la cervelle. Bordel. Bordel. Bordel. Qu’est-ce qu’elle va faire tout ce temps à Bordeaux ? Et si elle mangeait avec son fils ?

Deuxième épisode :

Entrée dans la gare de Bordeaux. Chouette elle va voir son fils et son namoureuse. Elle descend et suit la file. Devant elle, les gens tournent à droite. Elle pourrait les suivre. C’est sans doute ce qu’auraient fait la plupart des gens, se laisser avaler par la foule. Ouais mais elle, non. Elle prend à gauche. Elle déboule dans un immense hall, se tient bien droite devant l’immense Relay. Avec une force mentale que nous lui reconnaitrons tous et qu’en d’autres occasions nous aurions applaudie, elle n’y rentre pas. Non, se dit-elle, inutile d’aller vérifier que Parce que la vie ne suffit pas y est. Non, i-nu-ti-le. Elle tape sur la photo de son fils rangée dans ses favoris. Une petite discussion s’en suit : « je suis là/nous aussi t’es où/devant le Relay/tu veux dire entre le Relay et les cannelés? » Elle se tourne. Cherche. Non, il n’y a pas de cannelés. « Non je suis juste devant le Relay, il est immense/ Y a quoi dans la rue ?/ Y a des voitures, un restau avec une terrasse/ Mon dieu tu es dans le nouveau hall, le 3. Tu dois revenir sur tes pas, on est au 1. » Elle fait demi tour. Ce que l’histoire n’a pas encore dit, c’est que le matin, pour d’obscures raisons qu’elle même ne sauraient expliquer, elle a pris un sac. Joli le sac. Noir et souple. Mais? Mais sans roulettes.

Troisième épisode :

Ça y est ! Elles sont assises dans le train en partance pour Paris. Elles s’amusent à regarder par la fenêtre et dévisagent les gens. Un groupe de 6 personnes, quatre hommes deux femmes, passent et en souriant, l’une des deux protagonistes dit « gilets jaunes ». (Rappel du contexte : nous sommes vendredi et le week-end précédent a été catastrophique en termes de destruction de magasins (d’ailleurs elles se souviennent qu’en d’autres temps, les gens disaient que les terroristes ne devaient pas les empêcher de vivre, au bout de 20 semaines, ce sont les gilets jaunes qui tiennent les parisiens éloignés des centres villes, des grandes avenues et des terrasses de café). Quelques minutes après, le groupe prend place devant elles. L’autre glisse alors à l’oreille de la première « ou flics ? »

Une des femmes enfile alors un gilet pare-balles. Ok. Flics. Ça fait un peu peur quand même. Puis le groupe se lève, glisse des brassards  autour de leur biceps et inspecte chaque place. Si on lui avait dit qu’un jour elle se retrouverait dans un épisode de Section de recherches elle n’y aurait pas cru.

IMG_4381

Quatrième épisode :

Les jeunes femmes (si, si, si) avaient réservé dans un très joli hôtel « le Grand Amour hôtel ». D’abord pour le nom, puis pour la petite cour et pour les photos que l’on en voyait sur Instagram : il serait parfait. À la sortie du métro et après avoir tapé l’adresse du dit hôtel, elles ont emprunté l’itinéraire qui s’affichait. Droit devant. En avant toute. Étrangement la distance s’allongeait au fil de leur pas, mais ni l’une ni l’autre n’y ont prêté attention. Un peu grisées par l’euphorie d’être là et tout ce qui s’offrait à elles sans doute. Ce n’est qu’au bout d’un kilomètre (1 kilomètre!) qu’elles se sont dit qu’il y avait peut-être un problème. Et le sac pesait maintenant une tonne.

IMG_4388

IMG_4384.jpg

IMG_4389

(À suivre)

Pic de couv by Hanson Lu on Unsplasch (les autres sont de moi, pas terribles mais de moi)

 

10 commentaires sur “Les voyages forment la jeunesse #1

Répondre à Val Lao sur la Colline Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.