Bye bye From Baiona with Love

bannière-nathalie-longevial

Récemment, l’une d’entre vous me disait en commentaire qu’elle sentait que « From Baiona » n’allait plus tarder à disparaitre. Elle avait bien compris que les blogs étant pour moi une extension de ce qu’il se passe dans ma vie, le blog tel qu’il existait ne correspondait plus tout à fait à la situation. Elle en a rajouté une couche alors que nous marchions face au vent en direction de l’océan.

Cette semaine, j’ai eu un rendez-vous téléphonique avec Fanny. Outre des chiffres et des pourcentages, des taux de pénétration et des performances elle m’a dit « et, c’est terminé de changer de blog, maintenant! » J’ai répondu « ah! ah! ah! » et me suis demandé ce qu’il allait advenir de lui.

Il fallait bien que ça arrive.

Depuis quelque temps, j’avais besoin d’un nouveau bureau pour bosser. Cette fois-ci, je devais moi-même grimper à l’échelle pour enlever les longues bandes de papier peint, colmater quelques brèches dans les murs avec ma petite truelle dorée et ma bétonnière à paillettes. J’ai feuilleté de nombreux magazines de décoration et rêvé devant de magnifiques bureaux à la vue époustouflante. J’ai réfléchi pendant quelques jours.

C’était un peu comme réfléchir à une nouvelle maison : en ville ou à la campagne ? Sur une grande artère passante ou au fond d’une impasse ensoleillée certes, mais vide? La porte d’entrée grande ouverte ou simplement entrebâillée? T’as besoin de combien de chambres ? Combien de salles de bains? Penses-tu accueillir des invités ? As-tu besoin d’une cuisine fermée pour réaliser des plats incroyables ou ouverte avec comptoir pour que tout le monde discute bruyamment pendant que tu fais la tambouille ? Une salle de jeux ou une bibliothèque confortable ? Et combien de temps vont te prendre tous ces travaux répétait inlassablement une petite voix dans ma tête? Je me suis souvenue que je n’aimais pas du tout vivre dans un chantier en construction. Ça s’est produit lors de notre arrivée ici et j’ai trouvé ça déstabilisant. J’étais déjà fatiguée à la simple idée d’y penser. Alors, je remettais les travaux. À plus tard. Dans un an ou deux.

Pour ce nouveau bureau, j’avais un problème d’adresse. Elle était jolie et imagée, mais ne parlait plus assez de ce à quoi j’aspirais réellement. C’était quoi mes aspirations ? Partager autour de l’écriture et de la lecture ? Rire de ma Quinqua Power et de mes vendredis confession, partager avec vous tous mes en vrac et pas dans l’ordre ? Et puis, quelles étaient mon approche et mes différences avec tous les autres ? Certaines lectrices assidues le savaient parfaitement, mais les autres ? Je n’en étais pas sûre.

On m’a dit : pour arriver à tes fins (oui, mais moi je veux pas que se soit la fin, ça fait peur non, la fin ?)(non, mais tes fins en terme d’objectifs)(fallait-il encore que j’ assume mes objectifs …), il faut que tu te rendes visible, que tu fidélises tes lecteurs, bref que tu te rendes indispensable. J’ai commencé par trouver des tas d’excuses. Par exemple, que From Baiona with love, c’était un joli nom qui me rappelait des tas de jolis instants ou qu’être indispensable, ce n’était pas une fin en soi (ah, mais il faudrait savoir ce que tu veux ! Vendre des bouquins ? Alors rends-toi visible tout du moins !)

Il me fallait de la motivation pour passer à l’action. Parce que, d’abord c’est dur de se remettre en question et d’accepter qu’on n’est pas au top dans ce qu’on fait depuis si longtemps. Après avoir lu des tas de choses (comme des modes d’emploi en tout genre), pris des cours, écouter des tas de gens me répéter ce que je devais faire, après m’être dit qu’ils avaient sans doute raison, il fallait bien le mettre en application. J’avais découvert depuis quelque temps que me cacher derrière l’aspect technique pour procrastiner n’avançait pas à grand-chose.

Pour choisir, adopter et adapter les méthodes et les outils dont j’avais  besoin et dépasser quelques blocages plus ou moins conscients au passage, il fallait y aller pas à pas (ce qui ne doit pas être une excuse pour attendre 2 ans avant de s’y mettre non plus, ne me fait pas dire ce que je n’ai pas dit ! Je suis experte en procrastination, on ne me la fait pas à moi). Pas à pas, c’est-à-dire ?

On m’a donné quelques recettes dont je ne sais pas encore si elles sont « miracles » et que j’ai adopté (je suis assez forte en adoption, tu le sais ?) Bref. Tout ça pour ça.

Alors, oui, vous n’avez pas rêvé : le blog ne s’appelle plus « From baiona with love ». En toute modestie il s’appelle « Nathalie Longevial » (parce que les gens qui veulent acheter un de tes livres ils vont chercher ton nom). L’URL a changé aussi, même si vous n’avez rien fait du tout et que vous avez cliqué sur FBWL comme tous les matins où vous le faites (c’est de la magie pure, je ne vois que ça!) J’ai bien tenté de garder FBWL en base-line mais on m’a répondu « si tu le gardes, les gens ne vont rien comprendre. Donc tu le vires ». À ce stade, les stats étaient intransigeantes, j’ai eu le cœur gros, mais il fallait ce qu’il fallait! Je l’ai viré.

Dans ma nouvelle maison, vous pouvez voir ma tête (de profil, hein, faut pas exagérer non plus !)(mais vous pouvez la voir plein de fois), en savoir plus sur moi (que des choses extrêmement importantes : que je décore mon frigo avec des post-its par exemple). Vous pouvez aussi découvrir à quel point je dessine bien puisque j’ai changé la bannière et mis de jolies fleurs (oui, si vous n’avez pas reconnu, ce sont des graminées) (que c’est moi qui les ai faites et pas « qui-vous-savez », même si c’est son namoureux qui l’a intégré à mon site) (merci) (merci) (merci) (je peux difficilement l’écrire mille fois mais le cœur y est!) Vous pouvez aussi acheter directement mon livre (ou un autre) (surtout un autre si vous voulez mon avis) et vous avez un compteur. Oui, oui, oui. Un décompte des jours avant la sortie de l’autre, mon prochain ouvrage (mais chut, ça fera très vite un article entier. En bonne et due forme. Parce que là, on me surveille et on va me dire que l’annoncer là, à la fin, ça ne rime à rien).

Alors, voilà, je vous laisse fureter. Aller dans la cuisine (ouverte), dans le salon (rempli de coussins jetés au sol mais dans lequel il y a une télé), vous vautrer dans le fauteuil club que j’ai judicieusement placé dans la bibliothèque et admirer les tableaux, les dessins d’enfants et les photos scotchés aux murs. Ouvrir les tiroirs pour découvrir mes collections de cailloux tout doux et mes larmes de sirène. Et allumer des bougies. L’indispensable ne change pas.

Bye bye Froma Baiona with Love, je t’ai beaucoup aimé.

22 commentaires sur “Bye bye From Baiona with Love

  1. Choisir c’est renoncer. Quand on ne peut pas c’est que ce n’était pas le moment.
    Nouvelle lectrice je vais découvrir ton nouveau chez toi et je te remercie de nous y accueillir

    Aimé par 1 personne

  2. Oh qu’elle est belle cette nouvelle maison!
    On la sent bien agencée, claire et accueillante, je l’aime beaucoup.
    La décoration a été soignée je suis fan de cette frise de graminées.
    Et même si la maison change, on sent bien que l’âme de la maison est toujours là même, parce que si la décoration s’est adaptée avec brio au goût et aux nécéssités du moment, les fondations sont toujours les mêmes, amicales et bienveillantes.
    54 jours💕

    Aimé par 1 personne

  3. j’aime cette nouvelle maison dans laquelle je continuerai à te rendre visite, si tu es d’accord évidemment… pas d’intrusion abusive de ma part, ne t’en fais pas.
    Dis, les graminées, on les trouvera en version papier aussi ? Si oui, je t’en pré-commande 2 de suite !
    En tous cas, bravo pour la nouvelle déco de ton bureau, je la trouve printanière et de circonstance ! J’aime beaucoup !

    Aimé par 1 personne

  4. Très joli nouvel espace ! Cette frise est délicate, je l’aime beaucoup. Alors c’est parti pour de nouvelles aventures, je serai ravie de m’inviter dans ton nouveau chez toi !

    Aimé par 1 personne

Répondre à Christelle L. Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.