Je n’ai jamais écrit

Je n’ai jamais écrit que si j’écris, c’est pour me souvenir parce que je suis persuadée qu’un jour, j’aurais la maladie d’Alzheimer. Je n’ai jamais écrit que parfois, je parcours le blog à rebours pour revivre à nouveau les souvenirs épinglés ici, sans le stress de savoir comment ça va se terminer, parce que je connais déjà la fin.

Je n’ai jamais écrit que petite, je mangeais des gaufres saupoudrées de sucre glace en marchant pendant que ma grand-mère mangeait les siennes en papotant.

Je n’ai jamais écrit que je pleurais en me regardant dans la glace pour voir d’où sortaient les larmes, que parfois je bouchais le petit orifice pour voir ce que ça faisait. J’attendais un raz de marée, je n’ai rien constaté, à bien y réfléchir, c’est peut-être pour cette raison qu’aujourd’hui j’ai toujours l’œil gauche qui pleure en avance.

je n’ai jamais écrit que j’ai frotté tellement fort sur mes tâches de rousseur pour les faire disparaître, que ça m’a causé une brûlure. En plus des tâches de rousseur, j’ai eu deux croutes de chaque côté du nez pendant quinze jours (mais aujourd’hui, je n’ai plus de tâches de rousseur à mon grand désespoir)

Je n’ai jamais écrit que je suis jalouse. Ça remonte loin, ça remonte à l’enfance. J’étais jalouse de Martine, qui savait tout faire mieux que moi, qui n’avait jamais les chaussettes tirebouchonnées et salies de poussière, qui avait le droit, alors qu’elle avait huit ans, d’être hôtesse de l’air ou maîtresse d’école.

Je n’ai jamais écrit que je dors du côté droit du lit, qu’il parait que c’est la norme en France et que dans un lit en 180 j’occupe 20 centimètres à tout casser, même quand je dors seule.

Je n’ai jamais écrit que si je bois du Martini c’est un reste de mon adolescence, parce que c’est le seul alcool que mon grand-père me permettait de boire.

Je n’ai jamais écrit que quand ma chienne ronfle à mes côtés, elle me souffle les mots que je ne sais pas dire.

Je n’ai jamais écrit que j’adorais regarder « Au théâtre ce soir », « Champs Élysées » et « Dallas » chez ma grand-mère. Elle achetait des esquimaux mais refusait qu’on le dise à nos parents, elle s’asseyait sur son fauteuil en rotin et croisait ses jambes sur le pare feu décoré d’étoiles. Je trouvais qu’elle avait de belles jambes pour une vieille dame. Du coup j’ai son fauteuil dans mon salon.

Je n’ai jamais écrit que mon père écoutait France Inter du lever au repas de midi. Je n’ai jamais écrit que la voix de Joël Collado m’agaçait prodigieusement, à croire qu’il était perpétuellement enrhumé. Si lui, ne savait pas échapper au mauvais temps, qui l’aurait pu ?

Je n’ai jamais écrit que je pleure pour pas grand chose et que parfois c’est très gênant.

Je n’ai jamais écrit que je n’ai pas encore eu le courage d’écouter les messages que mon père a laissé sur mon portable.

Je n’ai jamais écrit que dès que ChériChéri fête son anniversaire, je me cale à son âge, que nous avons un an d’écart et que je n’en démords plus. Je préfère qu’on dise que je ne les fais pas plutôt que j’ai pris cher.

Je n’ai jamais écrit que parfois je dois faire un effort surhumain pour me rappeler que je n’ai plus quatorze ans et demi et que je suis la mère de tous ces jeunes gens qui hantent ma cage d’escalier.

Je n’ai jamais écrit que petite, j’avais peur du coup de foudre. Un coup c’était déjà mal parti, mais si en plus la foudre nous tombait dessus, il était compromis d’en sortir vivant.

Je n’ai jamais écrit que j’ai toujours eu peur des sirènes, celles qui sonnent et annoncent un accident, parce que, enfant, j’avais peur qu’elles m’annoncent la mort de mon père.

Je n’ai jamais écrit que si j’écris c’est pour dire que je vous aime.

Je n’ai jamais écrit que souvent je fais ce que je peux, même si ça ne suffit pas.

Article déjà publié il y a fort longtemps, et quelque peu remanié mais je profite de l’arrivée de nouveaux abonnés pour le remettre.

Mais non, je ne suis pas à court d’idées 🙂 Par exemple : hier j’ai regardé Top chef. C’était la première fois depuis que le programme existe que ça m’arrivait. Avant je ne supportais pas de les voir perdre. Faut croire que j’ai grandi. Bref. En gros voilà ce qu’il en reste : 1) je vote pour l’enfermement à vie de la styliste d’Hélène Darroze. ChériChéri m’a dit « je crains qu’elle n’en ait pas ». 2) pareil pour son coiffeur (non mais c’est quoi la couleur qu’elle portait hier soir ?) 3) heureusement qu’il y avait Sarran parce que les deux finalistes étaient chez lui au début. 4) ça se peut qu’il ait pleuré en apprenant que Guillaume avait perdu?

Alors, vous voyez que j’ai des tas de trucs intéressants à dire!

 

Pic by Dawid Zawila on unsplash

9 commentaires sur “Je n’ai jamais écrit

  1. Du coup tu as eu raison de le remettre, il y a des choses primordiales que je ne savais pas 😉
    PS: j’ai été voir la tête d’Hélène Darroze! La styliste a en effet besoin d’être enfermée 😃le coiffeur ça ne me saute pas aux yeux sur les photos mais je suis pas une experte.

    Aimé par 1 personne

  2. Il est très joi ce texte ! Je crois faire partie de ceux qui l’ont déjà lu, mais en effet je ne me rappelais pas de tout, si tu l’as remanié, ça s’explique !

    J’ai appris récemment comment se forment les larmes, parce que mes yeux pleuraient en permanence sans qu’ils soient agressés d’une quelconque manière.
    En fait, mes canaux lacrymaux étaient… bouchés ! Je croyais que c’étaient eux qui fabriquaient les larmes, en fait c’est l’inverse : ils récupèrent le trop-plein de larmes, qui sont elles-mêmes fabriquées par les glandes lacrymales que l’on a dans la paupière…
    C’était la minute biologie…

    Moi aussi je regrette mes taches de rousseur, et d’ailleurs je n’ai jamais tenté de les effacer.

    Je sais que tu en a déjà parlé, mais je ne comprends toujours pas cette histoire de dormir du côté droit du lit. Quand on est deux, il y en a forcément un qui dort du côté gauche, et donc elle est où la norme ?

    J’ai la chance de ne pas connaître la jalousie, je dis la chance, parce que je pense que c’est un sentiment très destructeur.

    Et donc, ça veut dire que tu as quel âge en ce moment ?

    J'aime

      1. 1. Oui. Mon ophtalmo m’avait pris un rdv avec un chirurgien pour me faire placer des « diabolo » à l’entrée des canaux. J’étais effarée par cette intervention que je trouvais trop intrusive. Ma cousine, sage-femme tendance ultra-douce et dont la compagne est pedo-kiné tendance ultra-douce (aussi) m’a suggéré d’aller voir un osteo ! Un osteo ? Oui ! Ça marche très bien sûr les bébés, tu ne risques rien d’essayer…
        Hé bien ça marche aussi sur les adultes, j’en suis le témoin. Mon ophtalmo qui rigolait bien au téléphone quand je l’ai appelé pour annuler le rdv chirurgien est resté bouche bée quand je suis venue lui montrer le résultat…
        2. Je savais que j’étais hors norme 🙂
        3. Tu les fais vraiment pas !

        J'aime

  3. j’aime ce texte, autant que je l’avais aimé au départ. Pour Top Chef, même réflexion et même un fou-rire irrépressible avec mon Zhom sur la tenue « rideau » de la chef Darroze et sur ses cheveux.. J’étais heureuse du résultat et … même que j’ai versé ma petite larme au moment du « discours » du gagnant (avant qu’il sache qu’il était gagnant;… moi aussi, je suis fleur bleue…)

    Aimé par 1 personne

  4. J’ai beaucoup aimé ce texte. Émouvant. Doux et nostalgique et parfois triste.
    Je me souviens de moments passés avec ma grand mère aussi. Et mon papa écoute aussi France inter tout le matin et surtout le midi 😉

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.