Making ok : la play list de Semer des Graminées

Vous le savez, pour écrire, j’ai besoin de musique. Pour mon prochain livre, « Semer des Graminées », je n’ai pas dérogé à la règle et ma voisine Françoise ne me remercie pas, parce que je monte le volume à fond. Quand il est là, ChériChéri m’oblige à le baisser mais il erst souvent absent et j’ai besoin d’écouter très fort pour percevoir la moindre inflexion de voix. La moindre note. Et puis, je sautille devant le miroir de la salle de bains (Kamel Ouali serait effaré devant le travail à entreprendre pour que cela devienne une chorégraphie).

La play list de « Semer des graminées » n’est pas des plus réjouissantes, ni des plus gaies et pourtant, quand je vais marcher seule le long de l’océan, la musique à fond dans les oreilles, il m’arrive de faire quelques pas de danse. Je ne me retourne jamais, de crainte de voir un sourire moqueur se dessiner sur les lèvres des promeneurs qui m’auraient surprise. Une play list mélancolique et nostalgique et pourtant Mister T s’y est habitué, et maintenant que je suis en train d’en changer, il me la demande souvent. Beaucoup de Michel Berger parce qu’il me rappelle mon enfance, du Cabrel (parce que)

Pour me comprendre : Michel Berger. Le premier paragraphe de cette chanson a servi à écrire l’épigraphe du livre.

Abuela : Lucas Bel. Quand les souvenirs s’emmêlent

La rua Maduiera : Benjamin Biolay

Lumière du jour (BO de Chamboultout aussi. Film vu récemment en salle) Michel berger

L’amour, l’amour, l’amour (Mouloudji)  pour « l’amour sans te le dire, sans me le dire »

L’amour en solitaire (Juliette Armanet)

La minute de silence Michel Berger  pour « notre histoire, tu la verras défiler dans ta tête » (je vous mets cette version parce que, simplement <3)

Concerto en sol majeur pour 2 mandolines (Vivaldi). Je vous ai parlé d’un film que j’avais vu à la fin de l’été et qui était une réelle surprise, parce que je l’avais adoré. Cette histoire de père qui est aussi un fils m’a beaucoup marquée (mais je ne me souviens plus du titre #dori)

Carmina Burana (Carl Orff) pourquoi ? Ça vous le saurez en lisant le livre…

Les gens absents Cabrel :  » Les gens absents / C’est bien ça l’ennuyeux / Ils tournent tout le temps / Là devant nos yeux / On croyait défaire / L’étreinte d’un coup sec / Et puis finalement / On se réveille avec

Love over gold (Dire straits)

Don’t leave me now (Supertramp)

Le temps s’en allait (Cabrel) Pour ne pas oublier qu’il file et qu’il ne faut pas remettre à demain.

Destinée (Guy Marchand) ça c’est parce qu’il porte le même prénom que papa. Vous ai-je déjà dit que trouvais aussi qu’ils se ressemblaient ?

Non, non tout mais pas ça (Biolay) : J’imagine bien papa me dire ça « non, non, ne raconte pas ça … 😉

 

 

Pic by Eric Nopanen on Unsplash

Un commentaire sur “Making ok : la play list de Semer des Graminées

  1. Il faudrait que tu me la fasses écouter, il y a plein de chansons que je ne connais pas!
    Mon père adorait Carmina burana, c’était la musique du WE, le dimanche matin en faisant le ménage! Et du coup j’adore aussi en faisant le ménage 💕

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.