Mon insolite abécédaire du retour à Hanoï : L

L comme Lily Gai

Ma chérie tu es partout. Dans l’ascenseur de l’hôtel où les fantômes de vos rires d’enfants, à gorge déployées, m’ont surprise plus d’une fois. Dans le bout du couloir de l’hôtel où avaient lieu vos meilleures courses poursuites. Devant la porte 602 quand nous logeons aujourd’hui à la 608 et que je ne peux m’empêcher de jeter un œil pour vérifier, au cas où. Dans les poussettes d’enfant, dans le regard des jeunes femmes et dans leurs cheveux noirs qui battent dans leur dos, dans leurs pas serrés et pressés.

Dans la fumée de l’encens qui s’envole au centre des pagodes, dans les femmes accroupies qui préparent le repas, dans nos files indiennes quand nous déambulons dans Hanoï et où tu t’es parfois faufilée derrière moi, dans nos rires crispés au moment de traverser, au Green Tangerine où nous avons à nouveau dîné et dans les bols de Pho avalés chez Madame Hien.

Dans la frange d’une petite fille, à la barrette violette accrochée sur le côté d’une autre. Dans tes silences et la cacophonie des klaxons. J’ai retrouvé la trace de tes pas autour du Lac et sur les bancs qui l’entourent. J’ai reconnu le nuage qui passe devant tes yeux quand soudain tu doutes.

Au Jaspa’s j’ai regardé les verres de jus d’orange en me souvenant de ton courage, et dans les facéties de Tanh j’ai retrouvé ton regard sur lui alors que vous étiez si petits. Dans l’appartement, j’ai écouté Queen à tue-tête en me demandant si tu te souvenais encore de nos pas de danse sur la moquette du Somerset les soirs où ça tanguait dans vos cœurs et que nous étions prêts à faire n’importe quoi, du moment que ça vous faisait rire.

Tu sais Lily Gai, tu étais partout, là-bas, et surtout dans mon cœur.

Pic by Monelle 25 décembre 2011.

8 commentaires sur “Mon insolite abécédaire du retour à Hanoï : L

  1. A des milliers de kilomètres de toi, de vous, mon cœur n’a cessé de penser à ce mois de décembre 2011. Je vous ai imaginé refaire certains trajets, manger dans certains endroits et puis à tous ces moments qui nous appartiennent. Ce texte me touche énormément tu t’en doutes tout comme il l’a touché. Il y a des jours où j’ ai pleuré de ne pas être à vos côté.
    A très vite. Bisous 😘😘
    Monelle ⭐️💫✨💕

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.