Vendredi confession

Ne vous fiez surtout pas à mon calendrier. Il fait ce qu’il peut pour retenir les jours et force est de constater qu’il n’est pas très doué. Voici donc un Vendredi confession qui tombe un lundi. Il ne faudrait pas non plus changer les bonnes choses. Un vendredi confession qui n’est pas de la meilleure humeur qui soit non plus.

Les dédicaces

Pour PQLV je n’avais fait qu’une dédicace. Même si elle s’était (très) bien passée, je ne m’étais pas sentie légitime à en faire d’autres. Il faut avouer aussi qu’on ne me les avait pas proposées, ou alors pas assez fort (message à Céline de Cultura Ametzondo). Pour Semer des graminées en revanche, on m’en propose et chose tout à fait nouvelle, je les accepte. On t’en propose, me direz-vous? Oui. Il m’est arrivé un truc un peu incroyable. Anne qui me suit sur IG (mais que je ne connais pas dans la vraie vie) est allée voir son libraire à Arcachon et lui a parlé de moi. Eh bien figurez-vous que mon profil l’intéresse (est-ce la pauvre fille qui ne trouve pas de ME, celle qui s’auto édite, celle qui a changé de vie pour écrire ou celle qui écrit du récit et des romans ? En vrai, je ne sais pas trop lequel de ces profils l’intéresse). Bon, pour l’instant rien n’est calé parce qu’il faut qu’il rentre de vacances et moi aussi, mais c’est en cours. Pour les autres dates il y aura :

14 septembre Villeneuve sur Lot, Centre Culturel Leclerc à partir de 14h avec Laetitia de Zelles auteure, ah non, elle, elle dit autrice de Toy Boys paru chez Eden (City éditions) (littérature érotique) je crois que ça aurait amusé papa…

2 novembre Bayonne Cultura Ametzondo

(Oui, si vous me suivez attentivement, vous savez qu’il manque une date : elle doit être modifiée. Je vous dis ça très vite)

Le stage

Après son stage à L’Élysée, PetiteChérie a eu la joie d’apprendre que son projet photographique avait été retenu par l’équipe pour être exposé lors des Journées du Patrimoine. Son travail traite de la présence de Némo dans la présidence. Némo, c’est le chien. Quand elle m’en avait parlé, j’avais été dubitative. Parler d’un chien ? Est ce bien raisonnable quand on peut photographier tant de choses incroyables ? Ne peux-tu parler de l’Élysée (ça a déjà été fait), du protocole (bof), de la lumière (ah tiens oui pourquoi pas)(mais non en fait). Elle m’avait alors expliqué que la présence d’un chien  donnait un air de normalité à l’Élysée et que c’est à ça qu’elle voulait s’attacher. Le staff photo a dû trouver cette idée aussi bizarre que moi car ils ont essayé à maintes reprises de la faire changer d’optique, sans y parvenir. Et elle a eu raison! Au début je pensais que ChériChéri et moi irions pavaner là-bas et dire à tous les visiteurs « ceci est l’œuvre de notre fille », mais. Oui, il y a toujours des mais dans ma vie. Mais. Peut-être en fait…

La promo

J’en ai un peu assez de vous parler de Semer des graminées. J’ai l’impression que ça fait un an que je vous rabâche les oreilles avec. Quand j’y regarde de plus près ça fera trois mois dans quinze jours…. Il a peut-être encore de beaux jours devant lui …. qui sait ?

Mais bon, j’en ai marre de la promo. Non pas qu’il soit lancé, non, loin s’en faut. Personne ne s’en est emparé en disant : mais comment se fait-il que ce livre ne soit pas plus connu, personne n’a eu l’idée de le soumettre à une ME (Ah, si en fait. Mais non). Le problème de la promo c’est que ça tue un peu tout le reste. Pas dans un grand feu de joie, ni dans un feu catastrophique façon Amazonie. Non, à petit feu et c’est pire, parce que je ne le vois pas venir. C’est une sorte de feu rampant qui me happe en commençant par les pieds et qui atteint ma tête en deux ou trois mois. Moins parfois. Et comme après le passage d’Attila, après lui il n’y a plus rien. Ni l’envie, ni l’excitation, ni la joie. Rien. Tout est à réapprendre.

D’ici quelques semaines, je vais devoir refaire de la promo pour la re-sortie de « Vent fort, Mère agitée » et quand j’y pense, un énorme poids s’abat sur mes épaules et un gros nuage noir s’empare de mon cerveau. Je sais de façon tout à fait certaine que je ne ferai pas pour lui la moitié de ce que j’ai fait pour Semer des graminées. Alors. À. Quoi. Bon. Oui à quoi bon de toute manière ? Et si je me contentais de les publier et basta. Et si après je les oubliais et les laissais faire leur entrée dans le monde comme des grands qu’ils ne sont pas ? Qu’est ce que ça changerait ? Rien.

Les réseaux

Et les réseaux parlons-en. Ça me fatigue.

Sur IG quand je vois le nom des gens qui regardent mes stories et qui ne likent j a m a i s mes publications, ça me saoule. Pourquoi ? Quelle en est la raison ?Il parait que c’est la règle du jeu. Je dois être mauvaise joueuse. je ne vois pas d’autre explication.

Et celle qui arrête de liker parce qu’un jour j’ai émis une hypothèse en laquelle elle n’a pas cru, hypothèse confortée le lendemain dans le Monde. Et celle qui dé-aime ma page FB parce que j’ai dit que son livre allait être formidable mais qu’il fallait encore qu’elle travaille dessus pour enlever les longueurs, et tous ceux qui se désabonnent, et tous ceux qui s’abonnent pour les mauvaises raison ? Et le temps que j’y perds sans pour autant être contente du résultat. Quand j’ai publié mes graminées, on m’a dit : « il faut bosser sur tes réseaux, ce sont ta vitrine » et si j’y jetais un gros pavé, dans mes vitrines ?

Bon à part ça tout va bien. Ne t’en fais pas

 

 

 

 

 

 

 

4 commentaires sur “Vendredi confession

  1. Tu sais bien que tes livres ce sont tes bébés et que comme pour les enfants il faut les accompagner, parfois lonnnnngtemps, les câliner, les houspiller qq fois afin qu’ils grandissent et soient fiers d’exister .
    Bonne journée.

    Aimé par 1 personne

  2. Olala c’est quoi ce coup de mou?!
    VFMA je me fais fort de t’accompagner dans la démarche et je suis sure que ceux qui sont passés en adoptie le feront aussi 😉
    Les réseaux sociaux faut en prendre et en laisser… sûrement pas surveiller ce que font les autres , tu vas y perdre ton élan.
    Je te proposerai bien un petit café pour te re booster autour de quelques galettes bretonnes mais il parait que tu as besoin de silence ? Tu me dis quand tu auras besoin de bruit à nouveau Bisous

    Aimé par 1 personne

  3. ouh là, ça sent le coup de mou…
    Pour les réseaux sociaux, c’est une des raisons pour lesquelles je n’y suis pas … pas envie de me retrouver face une certaine dépendance aux avis, aux like, … même si on s’en défend, c’est humain, on y vient. Enfin, moi, je n’ai rien à promouvoir, alors, c’est facile de dire cela… Je t’admire… quel boulot, quelle pêche, quelle force… alors, fais un break sur les réseaux, va, vis et deviens, le reste on s’en fout !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.