Nos fêlures

À ma fenêtre le ciel est somptueux, les nuages roses se dirigent lentement vers la droite, le sud. Mister T vient de partir au collège, ses écouteurs sur les oreilles. Igor le chat mange ses croquettes bruyamment. Un oiseau piaille et les voitures commencent à passer dans la rue.

Je ne sais pas par quoi commencer. Faut-il d’ailleurs commencer ?

Depuis quelque temps le ciel s’obscurcit. Littéralement on pourrait même dire que la nuit se lève. Je  l’avais bien remarqué, j’attendais la confirmation médicale mais vous le savez, le coeur d’une maman ne se trompe que rarement. Je tremble un peu sur mes jambes. Je passe un peu trop de temps, les yeux dans le vague à me demander s’il y a quelque chose à faire. J’aime bien cette expression « les yeux dans le vague » entendue lors d’un stage de yoga au cours duquel Louise avait dit au sujet de Mister T : « un oeil pour le vrai un autre pour le vague. Tu ne sais pas encore lequel est le plus important. »

Je vais rester un peu évasive aujourd’hui. Certaines comprendront à demi mot, les autres se demanderont pourquoi tout ce mystère. Et du coup, pourquoi l’écrire ? Récemment j’ai répondu à une interview. On m’y a demandé si écrire « Semer des graminées » m’avait permis de faire mon deuil. L’écriture étant cathartique, je pense que ça y a fait, bien sûr. Au moins, un peu. Même si j’ai encore des jours plus difficiles que d’autres (surtout les dimanches). Écrire sur le blog Vent fort, Mère agitée m’avait permis d’attendre (plus ou moins patiemment) de rêver à l’enfant (fille ou garçon), de poser des mots sur les émotions que je vivais et qui me bousculaient. Sans doute ici est-ce le même fil qui me guide : extirper les émotions de ma tête pour les regarder froidement, cliniquement, les analyser et savoir ce qu’il convient de faire.

J’ai l’habitude de dire de ma fille ainée qu’elle capitalise sur ses fêlures pour réaliser ses toiles, que moi je fouille mes failles pour tenter d’écrire des choses qui se tiennent. Et lui, du coup sur quoi capitalisera t-il ?

Wait and see… enfin, see c’est une manière de parler …

PS :Pour le vague ou le vrai, je crois que j’aurais préféré ne pas savoir.

PS2: non même pas

Pic Alex Rubay on Unsplash qui n’a rien à voir, si ce n’est que j’aimerais bien monter le volume du jour.

2 commentaires sur “Nos fêlures

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.