Les autres

Parfois je rencontre des gens. Des gens nouveaux, qui ne savent rien de ma vie. De moi. De mes activités. Ce n’est jamais moi qui dis : je suis auteure. Non, moi je me tais. Je croise les bras sur mon ventre et j’attends que ça passe.

Je ne dis rien, parce que je hais le regard condescendant qui va avec la réponse à la question « et, tu es éditée chez qui ? » Je ne dis rien parce que ce sont deux mondes qui s’affrontent, l’un croyant forcément être celui qui a raison, l’autre fermant sa gueule parce qu’à quoi cela servirait de plaider sa cause. Dernièrement j’ai rencontré une personne entrant dans cette catégorie. Ce genre de personne pense normal qu’un auteur ne soit pas payé quand il fait des dédicaces, qu’il doit donner de sa personne pour vendre ses livres. De toute façon un auteur indépendant, n’est pas un véritable auteur, alors si ça t’amuses de faire des dédicaces, grand bien te fasse. J’ai même mangé avec cette personne. Et je n’ai rien dit. En règle générale, je ferme très bien ma gueule, la seule problématique c’est qu’un effet collatéral arrive immanquablement : je fais la gueule aussi.

J’ai aussi échangé virtuellement avec quelqu’un qui m’a permis de poser les premières pages de mon prochain livre, qui m’a accompagné sur le plan, toussa toussa. Puis je me suis tournée vers la personne qui avait corrigé Semer des Graminées et m’avait encouragée à le publier. Ils ont à peu près les mêmes mots pour parler de ce que j’écris. Ça me réconforte.

Il y a une écrivaine qui a auto édité son livre en même temps que moi et qui travaille à nouveau dessus dans l’espoir qu’il devienne autre chose. Qu’une maison d’édition s’en empare, qu’un réalisateur en fasse un téléfilm, qu’il devienne une pièce de théâtre. Je ne sais pas comment font les autres pour faire vivre leur livre plus de six mois. Au bout de six mois, je suis souvent passée au suivant.

Je vis avec quelqu’un qui aimerait que je sois plus sereine quant à mon travail, qui aimerait qu’écrire soit suffisant. Pourquoi vouloir absolument que tes livres soient lus ? m’a t-il demandé un soir. Quand je lui ai dit qu’écrire sans être lue c’était à peu près la même chose que de cuisiner des trucs qui ne seraient jamais mangés, je crois qu’il a commencé à comprendre ma problématique. Quand je lui ai dit que c’était à peu près pareil que d’ouvrir des salons de coiffure où il n’y aurait pas de clients, ça lui a franchement flanqué la frousse.

Dernièrement, j’ai rencontré une femme en dédicace qui m’a dit « j’ai une copine qui écrit aussi ». Je ne lui ai pas rétorqué que ça ne m’étonnait pas, j’en avais aussi beaucoup. Je n’ai pas dit qu’un français sur deux a envie d’écrire. Je ne l’ai pas invitée à poursuivre dans cette direction, des fois qu’elle m’aurait dit qu’elle était éditée par une ME .

Début novembre j’ai lu un livre. Et depuis je me demande pourquoi. Pourquoi pas Semer des Graminées ? Ça faisait un moment qu’il était dans ma liseuse, je ne voulais pas vraiment le lire et puis, j’ai eu besoin de mesurer les deux livres. Peut-être que je n’aurais pas dû.

J’ai un copain qui devrait écrire (parce qu’il a des tas de choses à raconter et qu’il le fait très bien) et qui ne le fait pas parce que, selon lui, une page blanche est préférable à une page inutile. Je sens qu’il ne va pas falloir que je m’étende trop sur ce sujet parce qu’il risque de me faire vaciller, moi qui me demande toujours si le sujet sur lequel je travaille est le bon ou pas …

Bon, tout ça c’était sans doute un ego trip centré sur moi plutôt que sur les autres, mais on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a.

Pic by Susan Yin on Unsplash

4 commentaires sur “Les autres

  1. J’ai aussi de grosses difficultés à m’affranchir du regard des autres, de ce qu’ils vont en penser, de ce qu’ils font (mieux que moi bien sûr)… mais j’y travaille et je partage avec toi mon nouveau mantra : « zob ». C’est pas joli, faut pas le dire devant les enfants (sauf s’ils sont assez grands) mais ça dit efficacement comment je veux en tenir compte à l’avenir. Il n’y a pas de copyright dessus, tu peux l’adopter si tu veux !

    Aimé par 1 personne

  2. sympa le mantra ! Il y a des choses bizarres en nous … par exemple, personnellement, je me moque royalement de ce que pensent les autres de mon physique (même si moi, je ne l’aime pas du tout, et de moins en moins), de ma façon de voir la vie et d’éduquer mes enfants, mais je me liquéfie quand il s’agit d’entendre un avis sur mes créations, qu’elles soient papier, écriture…
    Je vais essayer le mantra aussi !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.