MlNes

Je suis particulièrement heureuse de vous annoncer que j’ai terminé le premier jet de mon prochain livre.

Écrire, est une activité solitaire alors l’idée de partager la nouvelle est tentante et j’avoue que je ne suis pas contre quelques encouragements, et quoi de mieux que de venir les chercher vers vous. Ma base.

Alors que j’en parlais à une amie virtuelle auteure par message interposé, elle m’a écrit « Quoi ? Déjà ? » Oui.  J’étais presque désolée. J’étais à deux doigts de m’excuser, d’écrire une bafouille ou quelque chose comme « oh, tu sais ce n’est pas grand-chose, ça ne sera pas un roman de 350 pages » (catégorie de romans dans laquelle elle excelle) quand elle m’a devancée « j’ai tellement hâte de te lire… mais comment tu fais ? » Je ne sais pas. Ça m’a aussi agréablement surprise. J’ai trois mois d’avance sur ma dead line. J’ai l’impression que celui-là attendait depuis longtemps de voir le jour et qu’il a un peu poussé les portes, mais quand j’y pense, je me dis qu’elle n’a pas tout à fait tort : « Semer des graminées » n’a pas encore six mois. Comme je le disais dans un précédent post, je ne sais pas comment font les autres auteurs pour faire la promo de leur livre plus de six mois après sa sortie. Il me semble que tout se joue le premier mois, allez, au mieux le premier trimestre et si l’effet boule de neige n’a pas lieu dans ce temps-là, il n’y en aura pas. Et surtout pas le deuxième semestre. « Semer des Graminées » a eu des critiques magiques, il m’a valu des retours émouvants d’inconnus, de blogueurs littéraires et d’amis d’enfance, mais personne ne s’en est emparé pour lui dessiner une autre vie que celle que je pouvais lui offrir. Et pourtant. S’il m’a permis de dire au-revoir à mon père, il m’a aussi permis de retrouver un peu de sérénité quant à l’écriture : oui, j’étais capable d’écrire un deuxième livre. Et peut-être de trouver ma voix. À son propos, je me suis demandée « pourquoi pas lui ? » mais rarement « pourquoi pas moi ? » Je pense que c’était une étape essentielle.

Je sais, je m’avance un peu, un premier jet ça ne veut pas dire grand chose. Il faut que je relise le livre, qu’il soit ensuite lu par d’autres que moi, qu’il parte faire une virée chez mes bêta-lectrices de choc, qu’il revienne et que je tire les conclusions de tout ce que l’on va me dire et que je retravaille. Par exemple, pour « Semer des graminées » il y a eu 4 jets entre janvier et juin, date à laquelle il est sorti et même si je travaille vite, il faut que les choses maturent. Ciseler un texte, le polir, en tirer la « substantifique moelle », le laisser venir à moi est une partie du travail d’écriture que j’adore.

Ce ne sera pas un roman feel-good, pas un policier, ni un thriller. Ce ne sera pas un roman de développement personnel ni un récit ni un roman jeunesse. Encore une fois, je ne vais pas savoir le classer et ça va lui porter tort. Il va se perdre dans la multitude des « roman de littérature française » et se retrouver à la 12 789 ème place d’un classement.

Je meurs d’envie de vous en dire plus, mais je sais qu’il faut que je reste prudente. Un premier jet c’est fragile. Ça peut disparaitre d’un coup, dans le moindre vent fort et même si la jeune femme qui lit par-dessus mon épaule est pour l’instant plutôt enthousiaste, ça peut changer.

Allez, pour terminer, je ne résiste pas à l’envie de vous mettre l’incipit de « M l N e u s » (titre provisoire dont je n’ai gardé que les initiales)

« Longtemps, j’ai pensé qu’on ne naissait qu’une seule fois. La parturiente avait des contractions, puis elle se mettait à respirer étrangement, il pouvait lui arriver de crier. On lui demandait de pousser, ce qu’elle faisait en serrant les poings ou en écrasant la main de quiconque tiendrait la sienne. L’enfant naissait. La mère aussi. »

9 commentaires sur “MlNes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.