La panne

Ah la! Je vous vois venir. Vous vous êtes dits que j’allais écrire une bafouille sur la panne d’écriture, la page blanche ou un truc dans le genre. Si, si, si. Inutile de démentir. Je vous connais bien 😉

Et bien, pas du tout. Parfois il m’arrive des choses de dingue comme tomber en panne de voiture, à 9 heures du soir, à 6 kilomètres de chez moi. Oh ça va. Je n’y peux pas grand chose si ma vie est passionnante!

Le lundi soir, c’est un peu la course à la maison parce que Mister T a son cours de piano jusqu’à 20H45. Donc, nous rentrons dare-dare et douche, repas, coucher sont vite expédiés. Mais bon ce n’est pas de ça que je veux vous parler aujourd’hui, non, c’est de ma panne. Il est 20h45 quand nous nous engouffrons dans la voiture. Nous, c’est Mister T, ChériChéri et moi. ChériChéri m’accompagne rarement, rapport à ses horaires qu’il fait trainer. Il y en a qui rentrent chez eux de bonne heure, ce n’est pas le cas de ChériChéri. Sauf hier soir. Il doit y avoir quelque part, un dieu pour les femmes qui ne savent pas ouvrir le capot de leur voiture.

On sort de l’auditorium en rentrant la tête dans nos cous à cause de la pluie qui est revenue. Je mets la clé dans son emplacement et rien ne se passe. Rien. Noir. Complet. Et silence. Je tente de retirer la clé (on n’est jamais à l’abri que je ne sache pas y faire avec une clé), mais elle s’accroche, la gredaine,  comme une moule à son rocher. ChériChéri, qui avait étonnamment pris la place du passager (on est un couple à l’ancienne, la plupart du temps, c’est lui qui conduit quand nous sommes tous les deux, ne jugez pas mon engagement féministe à ça, merci) me regarde. Genre « t’as fait quoi? » /  » Rien j’ai rien fait du tout » ont prétendu mes yeux, pendant que ma tête se demandait si j’avais bien débrayé avant d’appuyer sur le bouton (oui, ma voiture s’allume quand on appuie sur un bouton après avoir enfoncé la clé et débrayé), d’ailleurs ai-je bien enfoncé la clé ? il faut pas faire autre chose, genre enclencher l’essuie glace arrière gauche ? L’espace d’un instant, j’ai eu peur qu’Alzheimer m’ait retrouvé. Mais non, j’avais tout bien fait. ChériChéri et moi avons changé de place (oui, oui, oui, je sais, mon féminisme en prend un coup, mais que voulez-vous, je voulais rentrer à la maison rapidement). Je vous rassure, il n’a rien réussi à faire (petite victoire personnelle). Je saisis mon téléphone et compose le numéro de l’assistance. »Bonjour je suis en panne, est-ce que vous pourriez me donner la marche à suivre, s’il vous plait ? »/ « Bonjour madame, je suis CBKJLK. Je me permets de vous dire que dans un souci de qualité, cet appel sera enregistré, je vais prendre votre demande au plus vite, est-ce que vous êtes en situation de danger ? Si oui appuyez sur 1 sinon, je vous écoute. « Je me demande ce que je dois faire et je décide de ne pas appuyer sur 1 et d’attendre. « Je vous écoute »/ « Je suis en panne »/ « Que souhaitez-vous faire? »/ « J’ai bien essayé de mettre ma voiture sur mon dos, mais elle est récalcitrante ». Le type en face reste de marbre. ChériChéri me regarde avec de grands yeux et s’inquiète légèrement. Malgré la nuit qui nous entoure, j’ai parfaitement saisi la lueur au fond de ses yeux, une ombre, un nuage dans le ciel bleu (j’essaie de faire un peu plus de mots, histoire que vous ayez des trucs à lire). « Donc vous voulez que j’envoie un dépanneur ? » « Je ne sais pas qu’en pensez-vous, ça vous parait la procédure la plus appropriée ? La vierge Marie sinon ? Ou les lutins du Père Noël, c’est de saison ils sont peut-être de garde ? » /  » ??? »/ « Oui, s’il vous plait un dépanneur fera très bien l’affaire »/ »vous êtes où? »/ « Je suis à tel endroit »/ « vous avez un nom de rue et un numéro? »/ « Non juste un emplacement »/ »Très bien, je contacte nos services, ne quittez pas. » Je n’ai pas raccroché, je ne me voyais pas du tout refaire tout mon cinéma à un autre type et ChériChéri se bidonnait. Voilà, j’aurais aussi pu intituler cet article « De l’art de faire durer un couple : le faire rire là où d’autres auraient ralé. »

Je vous rassure le type a bien envoyé l’entreprise de dépannage et pas le SAMU.

Bisous et bonne semaine

Pic by Ferdinand Stoer on Unsplasch

3 commentaires sur “La panne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.