Et que ne durent que les bons moments

Allez, trêve de tergiversations, c’est reparti pour une nouvelle année sur le blog. Je me rends compte que ce doit être un peu frustrant d’arriver ici et de ne pas y trouver ce qu’on avait l’habitude de lire, alors je promets, en ce début d’année, de faire mon possible pour y arriver. Ce ne sera pas facile tous les jours, ce sera plus ou moins intéressant aussi, mais je vais revenir.

Pour commencer, ce serait déjà bien que je vous adresse mes vœux. Je ne sais pas trop quoi vous souhaiter : de l’amour, de la joie, du bonheur, la santé et du travail ? Oui, mais. Tout le monde ne répète t-il pas les mêmes souhaits chaque année ? Est-ce que ça change vraiment quelque chose ?  J’aime bien être la fée décalée, un peu rock parfois, celle qui offre autre chose. Celle qui arrive autour du berceau de la nouvelle année et qui offre le supplément d’âme (là, on tient un sujet important quant à mon Ego). Cette année je vous souhaite de l’optimisme quand on voudrait nous enfoncer la tête dans le sable, des alternatives quand on voudrait nous jeter au fond du même panier, de l’espérance quand on voudrait nous faire croire que l’être humain est bon à jeter, des choses à continuer plutôt que des nouveautés qu’on ne tiendra pas plus longtemps que quelques jours, de trouver la porte quand on voudrait nous enfermer dans un schéma.

En ce qui concerne la nouvelle année, j’ai une espèce de croyance personnelle qui dit que la façon dont on la commence le 1er janvier, donne le ton à l’année. En écrivant cette phrase je me rends compte de la limite du truc, puisque l’année dernière, la première journée, je l’ai passée à l’hôpital auprès de papa et pourtant l’année n’a pas tourné autour de la maladie. Bref. Passons. Longtemps, j’ai passé le 31 à faire le ménage, à changer les draps et à faire tourner les machines. L’idée (qui me vient de ma mère et sans doute de sa mère avant elle) était d’éradiquer toute poussière ou saleté issue de l’année et pouvant contaminer celle à venir, histoire de repartir sur une feuille blanche. Je suis d’accord, c’est un peu tordu vu comme ça, mais ça avait l’avantage de nettoyer la maison. L’année dernière ce fut impossible puisque hôpital + route dans un sens et dans l’autre m’avaient tenue éloignée de la maison. Et vous savez quoi ? J’ai découvert que mon année n’avait pas du tout été plus ou moins horrible que les autres années (si l’on excepte le décès de papa). Les poussières de 2018 ont voleté les premiers mois. Je les ai trouvées jolies. Elles m’ont permis de peaufiner « Semer des graminées » en y mettant des émotions vraies (ce qui fut sans doute la clé de son succès).

Bon, revenons à ma croyance de commencer l’année de façon à lui donner un ton. Il en va du repas, des discussions, de la première action importante ou du premier livre lu. Hier, nous avons donc discuté longuement et mollement au petit-déjeuner et c’était doux, tendre et agréable. Je voudrais que tous mes petits-déjeuner soient à cette image. Nous avons déjeuné dans un cadre merveilleux, Le Moulin d’Alotz à Arcangues.

IMG_8571

Le ciel était bleu et une lumière comme je les aime flottait dans la pièce,   » de celles qui rehaussent toutes les couleurs et transforment chaque chose en œuvre d’art ». Elle baignait le paysage. Je soulignerai que nous étions entourés de sourires bienveillants sous la houlette d’un chef heureux de nous accueillir, ce qui n’est pas toujours le cas dans les restaurants. Il y a deux ans, nous avions d’ailleurs été fort déçus de notre choix et avions promis de ne pas y revenir (promesse tenue malgré la somptueuse vue sur l’océan).

Puis nous sommes allés nous baigner dans une baie de Saint Jean de Luz.

IMG_8577

C’était une sorte de « Yes man » dont je parlais depuis le premier hiver que nous avons passé ici sans jamais oser le faire. En revenant à la voiture, alors que je grelottais dans mon jogging mouillé par le maillot de bains, j’ai dit à ChériChéri que voilà, cette année, c’est ça que je voulais : faire tout ce que je ne me sens pas capable de faire, me dépasser. Parfois il s’agira de choses simples, se baigner n’est pas très compliqué en fait, d’autres fois ce sera plus compliqué. Je n’ai pas d’idée précise de ce que ça sera mais ça pourrait être « passer une nuit blanche sans me transformer en ourse grognonne » ou « accepter d’aller à la montagne sans râler » ou « trouver du plaisir là où je n’avais pas prévu qu’il se trouvait » ou enfin « terminer ma liste de choses à faire avant mes cinquante ans ». ChériChéri m’a paru un peu inquiet…

J’ai commencé un livre qui parle d’amour, d’amitié, de famille, qui parle de la vie. J’en avais lu la première page il y a quelques semaines avant de le refermer car j’étais en période de correction de mon propre livre et à ce moment-là, j’ai toujours peur d’être influencée par un autre texte. Hier soir, dans mon lit, j’ai allumé ma kindle et je l’ai (re)commencé. J’ai pensé que c’était un bonbon, que ça reflétait bien sa façon d’écrire et l’émotion qu’on lit dans ses chroniques. Ce livre c’est « Grandir un peu » de Julien Rampin. Julien, c’est Juju de la bibliothèquedejuju sur IG, c’est l’un des chroniqueurs qui a si bien écrit sur Semer des Graminées et lui a offert une paire d’ailes. Grandir un peu est un livre auto édité et il était vraiment parfait pour commencer l’année. Je ne vous en dirai pas beaucoup plus, parce que vous savez que parler des livres n’est pas un exercice dans lequel j’excelle, mais je vous encourage vivement à le découvrir à votre tour.

Rampin

Ma première journée était douce et parfaite, bien qu’un peu courte, j’espère que la vôtre aussi.

À très vite !

 

8 commentaires sur “Et que ne durent que les bons moments

  1. Moi aussi j’ai fait un petit bilan, très rapide parce que je ne voulais pas m’attarder sur 2019 et me prendre la tête à trouver plus de positif.. mais il ressort un truc Nath : on a fait plein de défis et on en a oublié un qui me tient particulièrement à coeur : le Mojito à Gontaud …
    Mon premier défis de 2020 : rentrer en contact avec un inconnu, pour lui commander son livre 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Quel premier janvier! Lol pour la fée rockeuse et l’ego qui va avec !
    Et merci pour ce conseil de lecture , je viens d’en finir un superbe ( 😉) il faut que je continue sur quelque chose de sympa!

    Meilleurs vœux à ta communauté de lecteurs

    Ps1: J’ai cherche où était Gontaud , puis j’ai tapé mojito à Gontaud en me disant qu’il y avait probablement qqchose qui m’echappait , je n’ai rien trouvé pour expliquer ce défi ( pourquoi Gontaud???) j’ai par contre trouve en 5 eme position sur Google ton article sur la cinquantaine.
    PS2: je ne sais pas si je dois espérer que mon année ressemble à mon premier jour de l’année?! Une année plan plan c’est bien ou pas? Ça dépend vraiment de l’angle sous laquelle on la regarde non ? Du coup je nous souhaite de trouver du positif dans tout ce que 2020 nous apportera.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.