Mots pour Maux

 

Si vous suivez ce blog ou mon compte Instagram, vous savez que la question du handicap est très importante dans notre famille, parce qu’il fait partie de notre quotidien.

Alors, vous comprendrez que je ne pouvais que relayer cette information : cinquante des plus importants libraires de France se mobilisent pour défendre l’accès à la lecture pour tous, et œuvrent pour l’autonomie des personnes aveugles et malvoyantes avec l’association Valentin Haüy du 8 au 22 février 2020.

À la maison, l’apprentissage de la lecture s’est fait sans heurt. L’enchainement des lettres, la fabrication des syllabes, des sons et des mots n’ont pas été un problème. La maitresse de CP a joué un grand rôle et n’a pas ménagé sa peine. Les Alphas, les jeux que nous faisions et les lettres aimantées au frigo ont sans doute contribué aussi à une découverte ludique de la lecture. La difficulté est arrivée plus tard, vers le CM1 ou le CM2, quand le rythme de lecture est devenu plus soutenu et la quantité de pages à lire dans un temps limité, plus importante. Explication : pour lire, il faut deux yeux. Le droit est déjà dans le déchiffrage des mots quand le gauche lit le mot que vous regardez. Vous ne vous doutez pas de ce travail de gymnastique et vous n’avez rien à faire pour qu’il ait lieu. Pour Mister c’est différent. Il est monophtalme (c’est-à-dire qu’il est aveugle du gauche) et le droit est peu fonctionnel (1/10° avec appareillage) et glaucomateux (petit champ visuel). De ce fait, l’oeil droit fait tout le job. Il avance et recule sans cesse pour lire et déchiffrer, mais compte tenu des difficultés qu’il rencontre, il fatigue vite, les lignes s’emmêlent et les mots s’envolent. Petit à petit, Mister T en a conçu un véritable dégoût du livre et je crois que le fait que je passe la majeure partie de mon temps auprès des livres, à les lire ou à les écrire, n’a pas arrangé les choses. Au contraire même, un sentiment de frustration et de culpabilité se sont collés à l’acte de lire. La trop grande sobriété de la lecture en numérique sur liseuse dont je me régale n’arrivait plus à lui donner l’élan nécessaire pour s’attaquer à un livre.

Puis l’entrée au collège est arrivée.

Nous y avons rencontré une prof de français comme il y en a peu, je pense. En tout cas je n’en avais jamais rencontré auparavant. Elle prétend que l’essentiel c’est de connaître les textes, parce que ce sont eux qui font les Hommes. Et peu importe la façon avec laquelle on fait connaissance avec eux. C’est ainsi que les livres lus ont fait leur grande entrée à la maison. Premier livre à lire dans le cursus de sixième : La belle et la bête. Il a eu 18 à l’évaluation et 19 au travail de rédaction demandé qu’il a énormément peaufiné, après m’avoir demandé « comment fait-on pour écrire un texte que les gens aimeront lire/… heu je ne sais pas mon cœur/ Mais si, tu sais Mam! » Deuxième livre : 20 000 lieux sous les mers. La prof m’a appelé pour faire le point et je lui ai demandé s’ils avaient commencé l’évaluation de lecture. « Non, il est le seul à avoir terminé le livre, et il semble qu’il ait très bien compris et bien apprécié. » J’ai évoqué le fait qu’il ne l’avait pas lu au sens strict du terme (au cas où elle aurait oublié) et elle a répondu « je n’empêche aucun autre élève de faire comme lui. »

En France, 1 700 000 personnes sont déficientes visuelles (dont 60 000 aveugles). De plus, on estime que 6 à 8 % de chaque classe d’âge est porteuse d’un trouble DYS, soit plus de 4 millions de personnes. Toutes ces personnes sont, à des degrés divers, empêchées de lire du fait de leur handicap. Seulement 30 000 personnes handicapées font appel à l’édition adaptée pour pallier leurs difficultés d’accès à l’écrit (estimation Ministère de la Culture). Alors que chaque année, plus de 68 000 nouveaux livres sont publiés et commercialisés,  on évalue à 8 % seulement le volume de titres « adaptés », c’est-à-dire accessibles à des personnes handicapées ou atteintes de troubles DYS (dyslexie, dysphasie, dyspraxie), de troubles spécifiques cognitifs ou de troubles des apprentissages.

Que font les autres ? Ont-ils renoncé aux plaisirs de l’histoire ? De l’aventure ? De l’imagination qui galope ?

De l’expérience que j’en ai, il est très compliqué de trouver dans une librairie les livres adaptés et quand on y arrive, très peu, trop peu, sont des livres pour ado (qui sont pourtant les lecteurs de demain). Le libraire  à qui vous demandez « Voilà, mon fils est déficient visuel, auriez-vous un livre pour ado publié en gros caractères ? » roule bien souvent des yeux comme des soucoupes. Heureusement que le SESSAD déficient visuel (service d’éducation spéciale et de soins à domicile) est là, ainsi que les personnes chargées d’agrandir les livres, les albums ou les BD pour nos enfants. Mais vous conviendrez que lire sur du papier machine relié par un zinzin noir, n’est pas tout à fait aussi agréable que lire un véritable livre.

On ne peut que saluer l’opération Mots pour Maux. Alors si vous avez un cadeau à faire, un livre à acheter, je vous invite à puiser dans la cinquantaine de livres destinés à l’opération.

LES LIBRAIRES ENSEMBLE SOUTIENNENT L’ASSOCIATION VALENTIN HAÜY
Du 8 au 22 février 2020, cinquante des plus importants libraires de France se mobilisent pour défendre l’accès à la lecture pour tous, et œuvrent pour l’autonomie des personnes aveugles et malvoyantes avec l’association Valentin Haüy en reversant 1 euro pour chaque livre acheté dans une sélection de 50 titres.

Les Libraires Ensemble vous proposent une sélection d’ouvrages accessibles aux personnes en situation de handicap ou de troubles DYS : livres lus, livres en grands caractères, livres en braille, livres en pictogrammes, livres faciles à lire, livres DYS.

Pour rendre le savoir et la culture accessibles à TOUS, ils proposeront ainsi une sélection d’ouvrages adaptés, mais aussi des romans, des livres « qui font du bien », des livres jeunesse, à leurs clients, aux bibliothèques et aux écoles.

Pour info, il n’y aucune librairie appartenant au réseau Les libraires ensembles dans mon coin de France. C’est qui qui s’y colle ?

Capture d’écran 2020-01-25 à 09.38.54

Pic de couv by Markus Spiske on Unsplash

Capture d’écran du réseau « Les Libraires ensemble ».

 

6 commentaires sur “Mots pour Maux

  1. belle initiative ! Une de mes amies documentalistes a rejoint l’équipe V Hauy en octobre et s’attache au déploiement avec les librairies et les médiathèques ! je la contacte et lui dis qu’il n’y a personne dans ton coin et un jeune homme et sa maman qui aimerait vraiment que cela existe !
    Je ne sais pas si cela servira mais c’est une fille géniale et nul doute qu’elle y sera sensible !
    Sinon, dans son collège, ma Grande a cette année une prof de français du même type ! Je lui dit en début d’année qu’on avait parfois recours à des films sur l’histoire, une fois le texte lu, au moins amorcé, par morceaux, quand le vocabulaire était trop obscur pour ma Grande (la littérature du XIXème n’est pas facile à aborder). Elle m’a répondu : « c’est très bien, au moins, elle a le sens général, et ensuite, si elle a le goût de le lire, c’est parfait. Je suis aussi passée aux livres audio parfois, parce que ça aide à donner le ton, et donc la compréhension.
    Mon Loulou, qui n’a pas encore accès au langage de façon correxte, peine à la lecture aussi. On a aussi commencé les livres lus, plus faciles à trouver pour les petits, et il adore ! Il suit l’histoire avec le doigt, regarde les images, peut faire « pause » pour prendre le temps de mettre en relation le son et l’image..le top !
    Et puis, enfin, je viens de passer momentanément aux « gros caractères » auprès de ma médiathèque, en raison d’une keratite/uvéite/ altération de la cornée, et donc impossible de lire des livres classiques. J’ai emprunté ce week-end mon premier « livre audio » pour moi, pour voir ce que ça donne.

    Aimé par 1 personne

  2. Je confirme pas de librairie dans le coin pour les Dys … que deux trois livres à la Fnac qui ressemble à des manuels scolaires. Donc pas envie de les lire quand tu as des difficultés d’apprentissage.
    par contre , la bibliothèque d’anglet a un grand rayon grand format et livres audio , je ne sais pas si c’est habituel pour toutes les bibliothèques maintenant?
    Beau projet que celui de ces libraires 👍

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.