Vendredi confession

Trois fois rien. Je vous assure. Mais qu’il est bon de revenir en ayant (enfin) quelque chose d’amusant à dire. Ce n’est peut-être qu’une impression, mais il me semble qu’en ce moment, tout est lourd. Cela vient de moi et de la perception que j’ai des événements, de ma difficulté à prendre du recul avec les choses de la vie. Alors en voici une tentative. Soyez indulgents : je reviens. Doucement. Et si ce n’est pas amusant, laissez tomber…

1) Hier, alors qu’elle me demandait pour combien de temps GrandeChérie envisageait de partir aux USA, entre un axoa pas terrible et un dessert trop copieux, j’ai répondu cinq ans. En montrant mes deux mains. Les doigts bien étalés devant mon visage. Ce qui bien évidemment n’a pas manqué de faire éclater de rire mon amie. Je suis restée interdite, un peu vexée, avant de comprendre à mon tour, le geste de mon inconscient qui me préparait à dix années et de suivre l’exemple de l’éclat de rire.

2) Quand j’étais plus jeune, j’étais bruyante. Je dis avant, parce qu’il me semble que j’ai appris à être plus discrète. Avant, quand j’éclatais de rire, c’était tonitruant. Le rire se répercutait sur les murs, il voulait vivre sa vie de rire ou peut-être faire son intéressant ou rivaliser avec ceux des autres, leur prendre toute la place. On me l’a tellement reproché que je lui ai appris à se travestir. À se transformer en hi hi hi et à cacher le ah, ah, ah qu’il avait dans le ventre. Il en allait de même avec le hoquet et les éternuements (ce qui, à ce jour n’est pas tout à fait réglé car ils demeurent difficiles à cacher)(et éternuer silencieusement ça fait tellement mal) (vous ne trouvez pas?) Tout est devenu très consensuel. Mais hier, mon rire a éclaté, en un gros ah, ah ,ah, laissant sans voix les avocats de la table d’à-côté (ce qui n’est pas une mince affaire) et mon amie aussi, du coup, qui ne connaissait pas ce rire là.

3) Il m’arrive un truc étrange en ce moment. Il me semble que je prépare mes armes pour ma vie d’après. J’y ai pensé à plusieurs reprises. Comme si quelqu’un me soufflait à l’oreille de prêter attention à ça. Comme si je prenais des notes sur un carnet imaginaire. Comme si je rangeais ma révolte bien au fond d’un sac pour une prochaine fois. Je ne sais pas si c’est déjà arrivé à quelqu’un, mais c’est assez étrange comme situation. Ne vous méprenez pas, je ne dis pas ça, genre, « à la retraite, je ferai … De la peinture, du tricot, du yoga ». Non, non, ce n’est pas du tout l’idée du truc. Il me semble que j’engrange les choses pour celle que je serai après ma mort. Celle que je deviendrai après cette vie-là, qui n’était pas la bonne pour ce combat, parce que j’avais d’autres priorités, d’autres chats à fouetter, d’autres trucs à prouver. Pourtant, dans mon adolescence je la sentais poindre, cette révolte (d’ailleurs, j’avais entamé une pétition pour ne plus qu’on dise « prud’hommes » mais « prud’femmes » quand j’avais une dizaine d’années) (NDLR : à cette époque je ne savais pas encore ce qu’étaient les prud’hommes) Peut-être suis-je passée à côté d’une action militante et l’idée  d’avoir plusieurs vies me rassure. « Mais, tu es bouddhiste ? » m’a t-elle dit. Il faut croire. Du coup, faut que je bosse sur mon karma.

4) Beh, non, rien. Je vous avais bien dit qu’il n’y avait que trois petites choses…

pic by Donny Jiang on Unsplash

7 commentaires sur “Vendredi confession

  1. Une soirée régulièrement en café théâtre rien de tel dans mes souvenirs pour libérer le rire et remettre de la légèreté. Rire malgré tout ( as tu vu cette vidéo de ce papa qui apprend à sa fille à rire des bombes au dessus de leurs têtes? Si une enfant terrorisée y arrive , on devrait pouvoir y arriver non ?) .
    Il paraît qu’il y en a de très bien des cafés théâtres par chez nous 😉.

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne sais pas trop quoi penser de cette vidéo justement. Je me demande si c’est vraiment « bon » pour la petite fille. même si sur le papier ça me fait penser au magnifique film de Roberto benigni « la vie est belle » que j’adore, dans la vraie vie, qu’en est-il vraiment ?

      J'aime

  2. je ne sais que dire, j’adore le rire communicatif, sauf quand il sonne faux, comme pour l’une de mes collègues qui semble mettre un point d’honneur à emmerder le monde (non, je n’ai pas trouvé plus soft comme descriptif) avec sa voix qu’on entend trois étages au-dessus et son rire qui sonne si faux que les pigeons qui osent se poser sur le toit (elle est au rez-de-chaussée) s’envolent en râlant quand ils l’entendent…
    Sinon, j’aime les rires francs, naturels, … et aujourd’hui, tu as réussi à me faire sourire, ce qui est déjà beaucoup, car les temps sont au stress et à l’inquiétude ici, et ça fait un bien fou ! Merci !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.