Journal d’un confinement – Jour 14

Brèves du comptoir de chez moi.

Ce matin j’étais contente » je ne connais personne qui a attrapé le coronavirus », j’ai dit en arrivant dans la cuisine. Ah, si, il y a la maman de Christelle02, mais je ne la connais pas en vrai. Est-ce que ça compte ? (j’espère je souhaite que ça va aille mieux )

J’ai peur de regarder des films que je ne connais pas. Et si je les aimais pas ? Je ne veux pas prendre le risque de perdre du temps, alors nous ne regardons que des films qu’on a déjà vus. Qu’on a déjà aimés. Sauf s’ils parlent de New-York. Sauf s’ils parlent de Brooklyn. Il m’arrive de penser que la prochaine fois j’aimerais y vivre. La prochaine fois ?

Je raye les cases du planning scotché sur la table de la salle à manger avec frénésie. Frrt (c’est le bruit que fait le feutre) « prends ça dans ta g… maths », frrt « voilà pour toi hist/géo », « frrt ferme la anglais », frrt « ah, tu fais moins ton intéressant EIST. » Deux semaines ! Mister T me voyant faire me demande « je pourrais le faire demain? » Je hoche la tête. Mais demain c’est encore moi qui le fais.

Je vais trop souvent à la cuisine. Comment je faisais avant pour travailler à la maison et ne jamais y aller ? J’ouvre le frigo, j’ouvre les placards, je compte le nombre de repas que l’on pourra faire. Combien de temps on pourra tenir ? On va manger quoi, ce soir ? Pour six personnes. Quelque chose d’équilibré. Et l’heure du repas revient vite.

« Peut-être que nous on l’a déjà eue, vu la grippe carabinée qu’on s’est tapé. » Mais en novembre, il trainait déjà à Paris, le Covid-19 ?

J’aimerais vous parler de choses anodines : de l’heure d’été qui arrive et des soirées en terrasse qu’elle promet, de cette heure en moins après laquelle on aurait sûrement râlé, en temps normal, comme tous les ans. De la une de Elle, de Marie-Claire ou d’autre chose qui nous aurait proposé de commencer un régime, des robes légères et fleuries que les filles commenceraient à porter, du dernier cocktail à la mode. Mais je n’y arrive pas.

Je pourrais vous parler des voisins qui ont installé une salle de sport dans leur garage, qui ont oublié qu’entre leur garage et notre jardin il n’y a pas plus de cinq mètres. Que malgré la musique de RFM à haut volume nous entendons fort bien les « vas-y! vas-y! » « c’est du fer » « han, han, han » « allez cinq minutes, mets à 7, mets à 7 » (du coup ils m’ont rappelé que je n’irais plus jamais en salle faire du sport) (vu de l’extérieur, qu’est-ce qu’on a l’air con quand même) (c’est peut-être ça le secret : ne pas se voir de l’extérieur). Mais, bon, je ne vais pas vous en parler (faudrait pas que vous pensiez que j’ai foiré mon confinement).

Je pourrais vous dire que les jolies cabanes à oiseaux fabriquées par ChériChéri et Mister T cherchent toujours des clients pour déjeuner. Que ChériChéri se désespère à les entendre squatter le HLM-sapin d’en face, mais que la présence de deux chats et un chien dans notre jardin y est peut-être pour quelque chose.

Je n’ai jamais vu d’aussi près l’herbe qui pousse et les graminées aussi. Ces dernières prennent au moins deux centimètres par jour. Sans mentir.

Je me demande si les deux examens médicaux à haut risque prévus pour avril et mai vont être maintenus ? Je me demande si l’état des yeux de Mister T a encore empiré. Je me demande si.

Je regarde mes cheveux pousser et mes racines aussi. Et ? Rien, merci 😉 (en vrai je les ai coupés le 15 mars, mais personne ne va m’avoir vue avec ma nouvelle coupe) (c’est ballot)

Si l’envie vous en dit, il y a un jeu de cadavre exquis sur IG jusqu’à ce soir 19h.

J’aurais pu vous laisser tranquille un dimanche, mais un décompte est un décompte… comment ça on est samedi ?!

Pic by Jenifer Chen on Unsplash

 

 

 

2 commentaires sur “Journal d’un confinement – Jour 14

  1. Je suis assez preneuse des jours de confinement, seuls moments où mon angoisse se trouve étouffée par la vie quotidienne a gérer. Rayer les leçons faites , préparer à manger , prévoir les courses lui lire ses histoires au moment du coucher sont mon seul échappatoire à cette boule d’angoisse qui grandit.

    Aimé par 1 personne

  2. merci !!!! Me voici de passage Tu le sais, on croise toujours les doigts, le COVID a reculé mais la surinfection liée à l ‘intubation est bien présente. Il parait que c’est courant, mais ça reste inquiétant… On croise les doigts!
    Et merci pour les brêves, ça fait du bien…
    Moi aussi, je raye rageusement les trucs faits au fur et à mesure !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.