Journal d’un déconfinement J-21

J-21 et comme ça, je vous perds! Ok j’ai laissé passer des jours mais bientôt vous ne saurez pas combien, parce que bientôt, vous ferez comme moi : vous compterez les jours jusqu’au 11 mai. Jour de la libération annoncée. Je me demande si les cloches sonneront ou si la sirène se fera entendre, si les gens jailliront de leurs appartement pour danser dans la rue, si les concerts de 20h vont s’arrêter, si on va oublier de changer de trottoir quand quelqu’un arrive en face, si on va arrêter de se regarder avec un air suspicieux parce qu’on se mouche ou qu’on éternue.

Pendant ces 21 jours, vous allez multiplier les listes de ce que vous ferez en établissant un ordre de priorité. Bien sûr il y aura « voir mes copines, mes parents, mes enfants (en vrac et pas dans l’ordre), boire un coup en terrasse, aller voir la mer : marcher dans la ville grouillante (soyons fous), marcher dans les champs à plus d’un kilomètre de la maison sans attestation de sortie et sans carte d’identité ou faire du lèche-vitrine » mais, il y a fort à parier que tout en haut vous inscriviez « coiffeur » et peut-être même « COIFFEUR ». Oui, parce que quand mes copines m’appellent, c’est quand même quelque chose qui revient souvent : ton mec, il nous maaaanque !

D’abord, il y a celles qui m’envoient les photos de leur fils et de sa nouvelle coupe bricolée dans la cuisine. Le plus souvent, ce sont les papas qui s’y sont mis avec plus ou moins de succès je vous l’accorde, mais le « t’inquiète pas, d’ici-là, ça aura repoussé » est de rigueur. Tout de même j’attribuerai bien une mention spéciale et toutes mes félicitations au papa de Louis.

Ensuite, il y a les copines qui m’appellent pour me demander comment j’ai fait pour accepter de voir la frontière entre ma prétendue jeunesse et ma vieillesse avérée se matérialiser de façon aussi nette dans le miroir du matin. « Ça pourrait être le bon moment pour ne plus faire de colorations, mais non, ce n’est pas possible, je ne m’y fais pas. Quand je vois mes racines blanches, ça me fout le cafard ». Alors, si tu ne t’y fais pas, surtout, ne le fais pas. Parce que ne nous le cachons pas, certains matins sont plus difficiles que d’autres, même quand on en a l’habitude. Tu auras tout le temps plus tard, après. Ou jamais, et ChériChéri sera toujours aussi ravi de t’accueillir dans un de ses salons.

Il y a celles qui demandent si, du fait de notre vieille amitié, elles pourront obtenir le premier rendez-vous de la liste car il n’est pas certain qu’elles aient le courage de sortir  de chez elles avec leurs racines apparentes, en revanche pour la longueur il ne faudra pas y toucher, trop contente que ça ait poussé !

Il y a celles qui ont fait des essais qui se sont avérés… étonnants. « Pourtant, me dit-elle j’avais bien choisi mon produit au supermarché. » D’ailleurs la fille sur la boite avait la nuance exacte de son marron patiné et lumineux obtenu après un combat de haute lutte. Elle a retenu un petit cri de bonheur quand elle l’a glissé dans son caddie. Une fois rentrée à la maison, elle était aux anges. Après avoir mis de l’eau à bouillir pour les pâtes bolognaises que lui réclamaient les enfants, elle leur a expressément demandé de ne pas la déranger.  Le problème, me dit-elle c’est que le téléphone a sonné quelques minutes avant le rinçage. Assise sur le rebord de la baignoire elle a papoté longtemps, en a profité pour se faire les ongles des pieds (c’était toujours ça de pris) et 36 minutes après (temps approximatif me dit-elle) elle est passée sous la douche et en est ressortie couleur « aile de corbeau ». Depuis, elle se lave les cheveux tous les jours, y met du miel, du citron ou du Nutella et frotte avec frénésie pour évacuer le surplus de couleur. Et puis, elle a jeté la casserole XXL à la poubelle, complètement cramée, mais c’était bien le cadet de ses soucis.

Il y a celle qui a toujours pris grand soin de cacher à tout le monde que son blond n’était pas naturel et qui doit se résoudre à ce que certains découvrent bientôt la vérité. Elle répète qu’elle a toujours été comme ça : avec des reflets bruns. « Comment ? T’avais pas vu ? » Il y a celle qui s’est coupé la frange et arbore maintenant un air de petite fille boudeuse assez charmant et qui se demande si elle n’a pas enfin trouvé son style, il y a celle qui vient de subir sa première chimio et qui, de cheveux longs veut passer à cheveux courts (pour elle, il y aura un passe droit), il y a celle qui essaie toutes les recettes magiques possibles et m’envoie les résultats. Elle, c’est sûr, elle a loupé sa vocation, elle aurait dû être chercheuse en cosmétique.

pic by m-liisanantti

4 commentaires sur “Journal d’un déconfinement J-21

  1. Ben moi je regrette pas mes choix !
    Bon moi c’est surtout la longueur qui commence à être problématique, les cheveux longs c’est pas pratique à cacher sous une cagoule, les barrettes et chouchous restent coincés dans les élastiques des masques , et finissent un jour sur deux dans la poubelle des déchets à risque! Si on a encore besoin de moi en réa après le 11 Mai,
    je veux bien être prioritaire pour une petite coupe !

    J’ai une furieuse envie d’aller me promener à la plage , entendre le bruit des vagues en permanence et ne pas pouvoir s’en approcher, c’est juste un appel au délit de non respect du confinement!!!

    J'aime

  2. J’ai adoré la lecture de ces brins de vies féminines !
    tu racontes finalement tellement de chose de la vie à travers ce point de vue capillaire… c’est touchant 🙂

    Un petit commentaire en rapport avec ma propre chevelure parce que je trouve l’exercice très sympa 🙂
    Entre 15 et 18 ans … j ‘ai tenté toutes les couleurs et toutes les coupes j’aimais le changement, et la provocation. Du brun chatain je suis donc passée par le rouge, le rose, les « mèches » blondes, les balayages… Vers 19 ans j’ai coupé !! Pour la première fois de ma vie, mes cheveux étaient au dessus de mes épaules ! Puis carrément sous les oreilles… J’ai aussi testé la fameuse coupe asymétrique devant et tondu dans la nuque…
    la frange :O (quelle horreur) …
    Puis une acalmie due aux études… les colorations ont diminué… ne pas se faire remarquer…
    A la sortie de l’école, un petit soubresaut de l’ado en moi qui avait envie de dire merde : « Branchez-moi cette tondeuse ! je veux un HALF-HAWK ! »
    (le vrai, avec 3mm de longueur sur le côté de la tête XD) La repousse fut lente et douloureuse ^^

    Enfin, j’ai testé le tie&die en fond de cheveux pour les colorer turquoise et rose vif …

    Depuis maintenant 2 ans c’est le calme plat. Moins d’une visite chez le coiffeur par an :O moi qui y allait tous les mois… je laisse pousser …. j’apprécie mon châtain… jusqu’à la prochaine crise d’expression capillo-artistique ^^

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.