Journal d’un déconfinement J-19

En voyageant sur certains blogs, j’ai lu quelques esprits chagrin qui se moquent des décomptes. Ok, si tu veux. Mais ce countdown a pour moi une double saveur. Comme les glaces à l’italienne achetées chez Lopez avec vue sur la mer, ou comme le double effet Kiss cool. Voire, un triple effet, qui sait…

Si la fin du confinement sonnera aussi la fin de ce temps suspendu que nous vivons avec beaucoup de bonheur je dois bien l’avouer, des apéros zoom avec mon quatrième fantastique confiné chez lui avec son amoureuse ou de mes nuits sans insomnie et sans substitut de sommeil, il arrivera pile poil un mois avant la sortie de mon prochain livre : le 12 juin.

Hier, une amie m’a demandé si j’allais faire le même teasing celui pour le précédent. J’ai répondu « oui » et ce fut presque une découverte, parce que jusqu’ici, je me sentais incapable de le faire. Mais, dans la mesure où il n’a été adopté par aucune des deux maisons d’édition auxquelles je l’ai envoyé, parce qu’il n’a trouvé aucun fil rouge censé lui donner des ailes, je vais tendrement poursuivre mon taf pour lui. Lui tenir fermement la main pour ne pas qu’il ait peur d’aller rencontrer des inconnus, lui apprendre à mettre un pied devant l’autre et à s’en satisfaire. Peut-être, courra t-il loin devant moi, peut-être s’envolera t-il ? S’il ne le fait pas et reste dans les jupes que je ne porte pas, ça ne sera pas bien grave, j’ai appris à ne pas brusquer les choses et à regarder pousser les fleurs en silence. Son existence suffira.

Les cartes s’étaient trompées sur lui puisqu’il devait lui arriver quelque chose de formidable en mars, comme rien ne s’est produit, je l’ai débaptisé. Enfin, pas tout à fait, j’ai changé un mot dans le titre. J’espère qu’il vous plaira.

Comme pour Semer des graminées je vais vous raconter la genèse du livre, vous faire découvrir l’envers du décor, les photos dans lesquelles je me suis plongée pour raconter et vous faire voyager, les souvenirs qui ont émaillé ma route, la couverture shootée par PetiteChérie et mise en page par mon gendre et comment j’ai trouvé le titre. Je vais vous partager des extraits du texte et la play-list, je vais vous raconter ce qu’en ont dit mes bêta-lectrices, bien qu’il ne soit pas certain qu’elles reconnaissent le livre à sa sortie. Vous offrir en avant-première la quatrième de couverture, les phrases en exergue et les remerciements. Bref vous saurez tout et serez fin prêts pour en parler autour de vous et m’accompagner pour donner le top départ le 12 juin.

Récemment j’ai lu sur Instagram une phrase de Stephen King qui dit que V2 = V1-10%. Parce que j’ai fait des maths avec Madame B, la prof de Mister T, je sais aujourd’hui traduire n’importe quelle formule en français, ce qui pour moi est beaucoup plus clair, voici ce que ça donne : la deuxième version est égale à la première – 10%. J’ai ainsi découvert que je fais partie de la team des suppresseurs. Mais promis, je ne change plus rien, j’ai posé mes stylos et rangé le dossier. Il est prêt à être envoyé, il va arriver chez vous. Guettez vos fenêtres, il accompagne certains oiseaux au pelage gris et blanc.

 

Ps1: Si certains ont des problèmes de sommeil à cause du confinement, ce n’est pas mon cas, alors je croise les doigts pour que ça dure.

Ps2 : Si j’avais eu Mme B comme prof de maths, peut-être qu’aujourd’hui, je serai architecte.

Ps 3 : Si vous souhaitez lire Semer des graminées au format papier vous avez jusqu’au 11 juin pour le commander, après il n’existera plus qu’en version numérique.

Pic by miguel-bruna on Unsplash

 

 

5 commentaires sur “Journal d’un déconfinement J-19

  1. « Les cartes s’étaient trompées sur lui puisqu’il devait lui arriver quelque chose de formidable en mars, comme rien ne s’est produit, je l’ai débaptisé. Enfin, pas tout à fait, j’ai changé un mot dans le titre. J’espère qu’il vous plaira. »
    Je ne suis pas d’accord, en mars nous nous sommes retrouvés confinés et nous nous sommes (re-)mis à lire : mars aura peut-être vu la naissance de son lectorat ?
    En tout cas j’aime bien les teasings ! Et je ne tiens pas de compte à rebours : ma profession n’étant pas essentielle et pouvant se poursuivre en télé-travail, je vais rester confinée encore « quelques temps » sans plus de précision, je parie sur la rentrée de septembre : c’est l’autre suspense de ma vie, sans aucun teasing 😉

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.