Journal d’un déconfinement – Jour Pffff

Bientôt, il va falloir se séparer. Partir chacun de notre côté. Recommencer nos vies à la virgule où on l’avait laissée. Ne pas savoir ce que nous faisons, ne pas savoir qui nous voyons. Alors ce matin, j’avais super envie de me souvenir de l’imperfection de mes enfants.

Oui, parce que, mes enfants ne sont pas parfaits et en voici quelques exemples :

1.Mes enfants  ne m’appellent pas tous les jours. Et quand ils m’appellent, il se peut que ce soit parce qu’ils sont en train de rentrer de l’école et n’ont rien d’autre à faire pour passer le temps, qu’ils marchent seuls dans la rue la nuit et qu’entendre ma voix les rassure, qu’ils se marrent aux blagues des copains (et ho tu m’écoutes ?), qu’ils se disent qu’ils font leur BA. Oui, ça se peut.

2. Ils soufflent ou haussent les yeux au ciel quand je leur demande de vider le lave vaisselle/ ranger leurs affaires/ trier leur linge/ faire leur lit / arrêter de procrastiner et tout un tas de trucs comme ça. Il parait que c’est fatigant de vivre avec des enfants, je vous laisse imaginer ce que ça fait de vivre avec des enfants devenus adultes.

3. Ils n’écoutent pas toujours mes conseils. Parce qu’ils ont un avis sur la question et que celui-ci est souvent le meilleur pour eux. Je ne suis là que pour proposer une autre vision et les conforter dans l’idée que, non, finalement leur avis est le plus pertinent.

4. Ils n’ont pas choisi la voie que j’imaginais pour eux. Quand je les posais sur mon ventre alors qu’ils venaient juste d’en sortir. Je les imaginais bien, architecte, médecin, avocat, cinéaste, mais ils ont préféré choisir quelque chose qui fait vibrer leurs tripes. Finalement ce n’est pas plus mal.

5. Ils n’ont pas toujours eu les amis que j’avais imaginé qu’ils auraient. Je dois dire que certains d’entre eux m’ont indisposée au plus haut point, mais dans toute leur imperfection, mes enfants ont su y voir clair. Plus jeune j’avais lu un truc qui disait « Faites leur confiance, ils sauront trouver par eux même la lumière si quand ils étaient enfant vous leur avez montré le chemin ». J’avais trouvé ça très beau mais assez utopique : on voit des jeunes péter les câbles et prendre des mauvais chemins. Mais finalement, nous avons dû leur montrer un chouette chemin. Celui qui sent la noisette sans doute.

6. Ils modifient leur date de retour à la maison (et chamboulent tout mon planning), ne me préviennent pas qu’ils mangent à la maison ou pas, arrivent à la maison alors qu’ils sont en train de me raconter au téléphone qu’ils sortent du métro (et se moquent de mon petit coeur tout mou).

7. Et même que parfois d’autres que moi savent, avant moi, les trucs importants de leur vie.

Je ne me plains pas. Surtout pas. C’est pour tout ça que je suis sans doute, une mère parfaite. Parce que j’ai fait de mes enfants des adultes libres d’agir à leur guise, d’avoir une vie remplie de tout un tas de choses. Ils expérimentent, ils testent, ils osent parce que, en vrai de vrai, les enfants sont toujours des enfants même s’il y a un moment où ils deviennent des adultes. Et comme on est plus longtemps adulte qu’enfant, autant qu’ils soient bien dans leurs baskets.

Et vos enfants en quoi sont-ils donc imparfaits ?

Pic by Robert Collins on Unsplash

3 commentaires sur “Journal d’un déconfinement – Jour Pffff

  1. Mes enfants sont imparfaits dans tout ce que tu viens de raconter sur les tiens, comme quoi …
    Ils sont parfaits, je les aime comme ils sont, tous

    J'aime

  2. C’est les miens que tu as décrits ? 🤪 Parce que je vis un peu la même chose. Ils appellent quand ils ont le temps aussi. Et puis la vie nous bouscule, le grave étend son ombre, et ils sont là. La stupeur dans leur regard, la peur sur leur sourire vaillant. Dis, ça ne meurt pas une maman, pas déjà, pas encore. Et les voilà qui appellent régulièrement. Ça passera, et tant mieux. Mais que c’est doux au cœur. Et puis, il y a des cadeaux qui me feront toujours oublier ce qui me va moins bien. Ils m’ont offert une guirlande de petits-enfants merveilleux. Avec qui je tricote des liens joyeux, faits de vacances, de voyages, de confidences. Le bonheur, l’aboutissement.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.