Soutenez les auteurs indépendants

Cette année, avec Les Mèreveilleuses, je vais encore plus avoir besoin de vous. Ma base, mes ambassadrices. deurs, mes lectrices. teurs, depuis le premier jour ou depuis hier.

Parce que cette année, avec Covid-19 qui s’est invité dans nos vies, tout a changé. Dans les écoles, dans les transports en commun, chez le coiffeur. Dans nos rapports les uns aux autres, dans nos priorités, nos inquiétudes et nos certitudes. On entend partout dans les médias  et sur tous les réseaux qu’il faut aider les restaurateurs, les esthéticiennes, les magasins de vêtements et aussi les libraires et les maisons d’édition. Vous avez dû voir passer l’info : dès le 11 mai courrez chez votre libraire.

Cet étrange période a mis en évidence des incohérences : « petits et moyens éditeurs s’inquiètent de cette tendance à favoriser la « best-sellerisation » et la course à la nouveauté. Il faut « ralentir la course à la nouveauté qui voit un nombre considérable de textes partir au pilon sans avoir eu le temps de toucher lectrices et lecteurs », ont indiqué dans une tribune publiée le 28 avril dans l’Humanité plusieurs dizaines de maisons d’édition indépendantes.

Dans un « appel aux lecteurs » lancé cette semaine, 113 maisons indépendantes ont mis en garde contre « une surproduction, néfaste pour l’environnement et qui inonde les librairies, noie une production éditoriale de qualité, plus audacieuse mais moins visible, écourte toujours plus la vie des livres, intensifie les retours et le pilonnage des ouvrages non vendus. »

Alors moi aujourd’hui, j’ai envie de dire « courrez chez votre libraire et commandez les livres d’auteurs auto édités. Aussi. »

  • Parce qu’ils n’ont pas une grosse machinerie derrière eux, parce qu’à part leurs lecteurs, personne d’autre ne va parler d’eux : ni les libraires, ni un VRP, ni un journal, ni aucun média.
  • Parce que quand les livres édités partent au pilon, les nôtres non. Favorisez l’impression à la demande : vous le commandez, nous le fabriquons. Voilà une démarche éco-responsable qui tient compte des enjeux actuels et j’espère que la crise que nous traversons fera naître de nouvelles pratiques.

Les grosses maisons d’édition se plaignent que certains livres soient passés à la trappe pendant le confinement, ils ont décalé la sortie de certains livres alors que leurs auteurs font des milliers de vente chaque année,  et sans doute les auraient-ils fait tout de même. Pourquoi un roman paru il y a deux mois est-il mauvaise posture ? Déjà prêt pour la destruction ? Pourquoi la durée de vie d’un livre n’est-elle que de six mois ? C’est quoi cette logique commerciale ? …

Quand je vois que mon premier livre, « Vent fort, Mère agitée », a rencontré plusieurs nouveaux lecteurs la semaine dernière, je suis étonnée. Il a huit ans les gars et aucune maison d’édition (pas même moi) pour lui faire de la pub. Alors bien sûr, ce dont je me contente, eux ne s’en contenteraient pas et ils passeraient sans doute le mois, voire l’année à pleurer.

Alors, comme personne ne nous accompagne mieux que nos lecteurs, comme personne ne nous tient mieux la main qu’eux, je vous le demande : soutenez aussi les auteurs indépendants.

MISE À JOUR : Comme demandé en commentaire, voici une liste non exhaustive d’auteurs indépendants. Nous formons une espèce d’équipe parce que nous nous entraidons et que nous nous lisons les uns les autres:

Marceline Bodier : littérature contemporaine  – Numérique

Stéphanie Lamache: Littérature contemporaine

Lucille Caron-Boyer : littérature jeunesse

Cathy Borie : Littérature contemporaine (sujets actuels , trans genre, droits des femmes)

Hélène de Montaigu – littérature contemporaine

Marie Kléber : micro fiction

Dimitri Demont : Nouvelles

Cécile Blanche : Feel-good, développement personnel

Cécile Briomet : feel good local (Biarritz)

Valérie Van Ost : littérature contemporaine (le premier sur l’écriture, le deuxième sur l’adoption… je n’en ai lu aucun des deux, mais le parallèle est amusant)( heureusement que son père n’est pas mort)(ok, je sors)

 

 

 

PS : À lire l’article paru dans Libération. qui ne parle pas des auteurs indépendants, bien sûr, mais qui aborde « le caractère peu périssable des livres aimés, qui chacun en renvoie à d’autres ».

PS2: Toute la partie en italique est une reprise d’un article paru dans 20Minutes.

 

6 commentaires sur “Soutenez les auteurs indépendants

  1. As tu lu cet article de Baptiste qui expliquait grâce à la neurophysiologie cognitive pourquoi, pendant le confinement, les gens n’arrivaient pas à lire?
    Peut-être que beaucoup vont être en manque et se ruer maintenant sur les livres à venir pour l’été à venir?

    Moi avec un book trailer comme celui que tu as fait , avec le thème du livre, je suis sure que tu vas trouver un lectorat. Les gens ont besoin de douceur et de belles histoires , d’émotions positives et de nostalgie .
    Ton livre, sans être un feel good répond à ces besoins .

    Juste pour savoir: Comment ça se passe pour l’impression? , il faut que tu aies un minimum de commandes en numérique ou c’est possible d’avoir un exemplaire imprimé dès le premier commande en papier? En gros je me demande pourquoi tu ne proposes pas une version papier tout de suite?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.