Re confiner

Vous devez vraiment vous demander ce que je fiche à ne pas vous en avoir parlé. Parce que le confinement, c’est la vie aussi, me direz-vous, alors qu’est-ce que tu fous? Il se passe que je n’ai pas grand-chose à raconter : que le lave vaisselle soit en panne depuis une semaine ou que Brooklyn-la-mini-setter fasse pipi à peu près dans chaque pièce de la maison ou que ce p* de reconfinement m’ait volé mes nuits ne sont pas des sujets très intéressants. Alors voilà, j’avais décidé de passer mon tour cette fois-ci. De ne pas vous en parler. Me taire, histoire que ça ne devienne pas une habitude … je disais. Et puis, force est de constater que je n’étais pas la seule à avoir arrêté : on n’applaudit plus les soignants et on ne fait plus de musique au balcon.

Et surtout, il ne faut pas me brancher sur ce sujet. Non, ça, les enfants et mon mari vous le diraient « non, non, tais-toi, non, ne demande pas ça… » parce que ce reconfinement moi, il me met en colère. Je suis en colère après tous ceux qui peuvent encore travailler et tous ceux qui sortent de chez eux parce qu’ils ont une bonne raison. Je suis en colère parce qu’à cause de ceux qui sortent sans aucune raison de le faire, je suis encore obligée de me cloitrer et sachant que je suis les préconisations à la lettre, dans vingt ans les enfants retrouveront des attestations dans tous les coins, avec des petites cases cochées (pipi de Brooklyn-la-mini-setter, pharmacie, aller chercher Tanh au collège (les collégiens n’ont pas le droit de sortir aux intercours), pharmacie, achat de coca, déposer du courrier à la poste, pharmacie (oui, je vais souvent à la pharmacie, j’ai l’impression de partir à l’aventure). Je suis en colère à cause de ceux qui me disent marcher 7 km par jour (ils font 25 tours de quartier ? Même en allant 100 fois à la pharmacie, je ne suis pas sûre de faire 7 km), ceux qui ont des paysages à tomber à moins d’un kilomètre de chez eux, ceux qui se baladent sans masque dans ma rue et qui croient que le port du masque est optionnel, ceux qui crient au complot, ceux qui font la fête jusqu’à cinq heures du matin, ceux qui râlent, ceux qui resquillent. Je suis en colère après ceux qui me disent que ça ne me change rien à ma vie d’habitude, « alors que, hein, tu n’es pas la plus à plaindre, imagine tous ceux dont la vie est habituellement active ». Tu veux que je te dise, si leur vie était active avant, je suis prête à te jurer qu’elle n’a pas changé. Pas d’un pouce. Elle l’est toujours autant. Et ma vie à moi, qu’est-ce qui change ? L’idée de liberté s’est envolée.

Alors, comme beaucoup de monde, mardi soir, j’étais devant mon poste à écouter comment le mois de décembre allait se passer. Bon, alors déjà, j’ai été super déçue parce qu’il n’a absolument pas abordé ma grande abnégation qui passe pour certains par une absence totale de libre arbitre. J’ai bien envie de leur dire que mon libre arbitre, ils aillent se le mettre bien profond là où je pense, mais il parait que ça ne se fait pas. Donc, bla bla bla, fin du confinement et mise en place d’un couvre-feu, sport et activités extra scolaires à l’air libre ( pas de bol pour Mister T), restaurants fermés jusqu’au 20 janvier (C’est rigolo, non, un début d’année fêté un 20 janvier ? Ouais ok, j’arrête) réouverture des cinémas (chouette) et des spectacles pour le 15 décembre (et ceux prévus le 5 décembre ?), on aura le droit de manger ce qu’on veut (aucune info sur le trio foie-gras, saumon, huitres, donc j’imagine qu’on pourra) et boire aussi (dans la limite de ce qui est préconisé par le Ministère de la Santé), rien sur le fait de mettre la musique super fort non plus donc, comptez sur moi (je vous ai déjà dit que j’étais sourde ?), on pourra faire 20 km pendant trois heures (à Bayonne, on y perd quand même beaucoup avec l’océan, mais OK j’accepte la sentence) et passer d’une région à l’autre (est-ce que Hossegor c’est à moins de vingt kilomètres ?). On pourra aller chez le coiffeur (allez-y, je vous en conjure, il n’y a pas que les libraires qui sont en danger …!), acheter des fleurs (les fleurs c’est bon pour la santé) des jouets (pour Noël ou pas), des livres (oui, et si vous achetez Les Mèreveilleuses, avec une preuve d’achat reçue, je vous enverrai une carte avec une dédicace (mais je vous en reparle très vite).

Par contre, il y a un truc qui ne passe pas et je crois bien que je ne vais absolument pas suivre cette préconisation-là, parce que voyez-vous, nous fêtons Noël à huit, chaque année depuis neuf ans. En 2020, nous n’avons pas fêté l’anniversaire de nos grands (25 et 30 ans) qui tombaient pendant les deux confinements et il faudrait que je dise à deux de mes enfants (eux en l’occurrence) de ne pas venir pour Noël ? Impossible! Alors le 24, nous serons huit, on ne mettra pas nos masques à la maison, le gel hydroalcoolique sera en accès libre, on allumera des bougies et on dansera en chaussons. On fera la table la plus jolie qu’on n’ait jamais faite (et croyez-moi, la barre est haute !) et on mangera tout ce qu’on aime (il y aura du foie-gras, des huitres et du saumon), on jouera à un jeu dont j’ignore le nom (celui que tu te mets des post-it sur le front) et si on veut, on ne dormira pas et on recommencera le 25 et peut-être aussi le 26.

Parce que moi, ce confinement …

Pic by Annie Spratt on Unsplash

9 commentaires sur “Re confiner

  1. J’ai la même colère que toi. Lors du premier j’avais la visite de mon fils, là. .. c’est réduit,comme quoi être confiné est devenu la routine
    Mon coiffeur m’a dit ce matin : « vos cheveux sont bien longs !  » vivement qu’il puisse les couper.
    Bonne journée 😊

    Aimé par 1 personne

  2. Moi c’est bien pareil, je ne saurais pas le dire aussi bien que toi, mais le comportement des gens, ce confinement 😤.
    Et quand j’entends qu’il faut que Papi et Mamie mange la bûche à la cuisine, j’en aurais chialé, pourquoi ne pas se taire plutôt que de dire des aberrations pareilles ?
    D’après ma maman il vaut mieux faire un Noël spécial cette année pour pouvoir en faire d’autres plus tard, ça me plombe le moral une phrase pareille.
    Je n’aime pas les fêtes de fin d’année, mais cette année c’est le pompon.

    Aimé par 1 personne

  3. tout à fait d’accord, mais j’ai dû louper le moment où il a dit un chiffre pour les repas de famille, parce que moi, j’avais juste entendu, dans la limite du raisonnable. … En tous cas, chez nous idem : ce sera déjà assez dur un premier noel sans maman, alors on ne sera pas trop des 5 de chez ma soeur et des 4 de chez moi pour soutenir papa et se soutenir mutuellement ! On s’est dit qu’on ferait un test 3 jours avant (de toutes façons, chez ma soeur en Allemagne, ils sont obligés de le faire avant de venir puis en rentrant), pour ne pas mettre les autres en danger, mais quoi qu’il en soit, on sera 10, et c’est tout !

    Aimé par 1 personne

  4. je viens de regarder les textes, il n’y a pas de nombre, il a dit « limiter au maximum le nombre de personnes »… c’est le professeur Salomon qui a dit qu’il fallait mettre papy et mamie dans la cuisine ! quoi qu’il en soit, chez nous, on sera 10 et c’est tout !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.