Le cadavre exquis du septième samedi

Alors, cette semaine encore c’est parti pour les cadavres exquis, que vous retrouverez ici ou en story d’Instagram. Je ne sais pas vraiment s’il faut s’en réjouir puisque devoir est synonyme de confinement. Un confinement bien particulier qui nous oblige à nous déplacer avec une attestation en poche et c’est à peu près tout, mais moi ce document qui me colle aux basques, c’est un peu de ma légèreté qu’on me vole. Bref. On va s’arrêter là pour les doléances.

La règle du jeu est inchangée : une phrase, un auteur et le titre du livre d’où est issue la phrase. Je mettrai le tout en forme pour en faire un texte (qui se tient à peu près).

Vous avez jusqu’à ce soir 18h et rendez-vous à 19h ici ou en story IG pour le résultat. Des bises !!

18H30 : voici le cadavre exquis

De longue date, les amuseurs publics ne savaient plus qu’inventer pour distraire le peuple romain, mais si on commence à se poser des questions sur les gens dans leur chambre à coucher, on finit par se mêler de ce qui ne nous regarde pas. Considérant que l’attraction « lancer de nain » consistant à faire lancer des nains par des spectateurs conduit à utiliser  comme un projectile une personne affectée d’un handicap physique, tout le monde se sauvait et Louis jouait la musique qu’il aimait. Une tendresse qui lui embuait les yeux de larmes immobiles le forçait à sourire sans fin. Tombée du ciel, la goutte de pluie brillante traversait les ténèbres vers les lumières chevrotantes de la ville portuaire. Le chef de la tribu convoqua le jeune étranger et lui remit cinquante pièces d’or. De nos onze couleurs et demi-couleurs, c’est la moins aimée, bien qu’elle foisonne dans la nature, les sols, les végétaux. Anne n’avait pas bougé. Nous avons cru comprendre que vous avez commencé à refuser son courrier ? Le bonheur, ô mon dieu, vous me l’avez donné dit-il. Une pieuvre dont les tentacules me broient le ventre, me déchirent le cœur. C’était l’automne sur le visage de Baptiste et parler de ses peines c’est déjà se consoler. Peu de temps avant noël, la grippe me tomba dessus. En arrivant à Heuston Station, je levai la tête vers le tableau des départs, mais je dus plisser les yeux pour distinguer le numéro du quai d’où notre train allait partir. Je m’y connais un peu en grande plaine : là où j’habite, à la sortie du bourg où j’achète mon pain chaque matin, s’étend la Beauce.

Merci à

@worldby zorba Conseil d’État, 27.10.95 Commune de Morsang sur Orge (Ah oui, merci, hein?!)

@christelleA Le garçon qui criait au loup ! Tony Ross

@lectures sur ordonnances. Le livre des nuits. Sylvie Germain

@elfie_carrere – Hugo Lindberg – un jour ce sera vide.

@langarika – Mac beth – Jo Nesbo

Rose.rbd – Paulo Coelho – L’alchimiste

@inès Michel Pastoureau – Le petit livre des couleurs

@klodin Bonjour Tristesse Françoise Sagan

@vic Orientales Victor Hugo

@ClemKTZ – La rage au cœur, Ingrid Bettancourt

@laurelf – Albert Camus

Dan6474 – Peter May, l’île des chasseurs d’oiseaux.

Stephanie.lamache – Tanguy Viel – Boite Noire

@12489tm12 – John Boyne – Les fureurs invisibles du cœur

chrystel flandrinck – La couleur des sentiments – Kathrynn Stockett

manou dans la forêt – On a tué mes enfants – Ann Rule

claude – Flavia jeune fille romaine, J de Boulle

Pic by Glauco Zuccaccia on Unsplash

3 commentaires sur “Le cadavre exquis du septième samedi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.