Du rien et de ma vie

La première fois que j’ai commandé un Spritz, je crois que je n’ai pas aimé. J’ai dû faire une grimace et dire quelque chose comme « Oh, non, c’est trop râpeux, je n’aime pas du tout ». Et puis, j’y suis revenue. J’ai appris à aimer. Le Spritz c’est comme la vie amer et sucré, râpeux et coloré. Ça rime avec soleil et ça me raconte les vacances.

Cette photo argentique faite par Ariane me parle de tout ça. De mon bonheur parce que tout le monde est là, de la gravité face à la situation (nous sortions du premier confinement), du soleil sur ma peau qui laisse des tâches, de paysages dans lesquels j’aime tant me retrouver, près de la Méditerranée, moi la fille de l’Océan. C’est de la région de Venise que vient ce cocktail, je l’ai découvert en Espagne. Il est devenu très à la mode ces dernières années. Vous avez déjà dû le croiser sur les tables des cafés et restaurants (quand ils existaient encore) même s’il est un peu moins girly et festif que le Mojito.

Bref, comment faire un spritz ? 

Il vous faut pour 1 verre

  • 50 ml d’Aperol ou de Campari (plus amer et plus sec que l’Aperol)
  • 75 ml de Prosecco (sec)
  • 50 ml d’eau pétillante (eau de Seltz, club soda, Schweppes, Perrier …. ) ou de jus d’orange (cela peut le faire aussi, je l’ai vu dans certaines recettes mais moi j’aime quand il y a des bulles)
  • 3 glaçons (ou moins ou plus, ça dépend si vous aimez l’eau dans vos cocktails)
  • 1 tranche d’orange pour la déco

Mettez 3 glaçons dans un verre.  Ajoutez l’Apéro, le Prosecco et terminez avec le Schweppes. Mélangez. ll ne vous reste plus qu’à ajouter une tranche d’orange coupée en deux, déposer une moitié dans le verre et utilisez l’autre pour décorer ce dernier.

Les variantes : Si l’Aperol ou le Campari sont les alcools les plus utilisés, d’autres liqueurs sont également employées : Le Pampelle, l’Italicus, le Select ou encore le Bellecour. Il existe aussi le Spritz St-Germain (réalisé avec la liqueur St Germain à base de fleurs de sureau) qui s’inspire du Kaiserspritzer autrichien (sirop de sureau, vin blanc, eau pétillante, quartier d’orange).

À consommer avec modération, bien sûr…

4 commentaires sur “Du rien et de ma vie

  1. je ne suis pas une fan absolue, mais cela à un goût particulier chez moi, car c’est ce qu’on partage avec ma soeur quand elle est là et quand la vie nous malmène… je lui préfère son cousin, le Hugo, même base, mais avec du sureau à la place de l’Aperol.

    Aimé par 1 personne

  2. Cet apéritif me rappelle notre séjour à Venise … il était servi avec une énorme olive verte qui trempait au fond du verre . J’ai l’impression que c’était il y a une éternité et pourtant c’était seulement il y a 6 ans !

    Aimé par 1 personne

  3. J’en bois uniquement chez un couple d’amis qui adore les sejours répétés à Venise.Je ne sais toujours pas si j’aime ou pas mais je ne dis jamais » non » pour la 2éme ( 3ème ?)tournée !

    Aimé par 1 personne

Répondre à christelle02 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.