Bilan 2020

Ce n’est pas simple de faire un bilan de cette année étrange et pourtant lumineuse par de nombreux côtés. Ma mémoire sélective qui a tendance à ne garder que les bonnes choses a eu maille à partir avec ma réalité, mais c’est bon, ensemble on y est arrivées.

De janvier : je garde notre voyage chez Maurice. Quelques jours pendant lesquels nous nous sommes retrouvés, lui qui court après le temps, moi qui regarde trop souvent nos souvenirs. Malgré l’obligation pour moi de me fondre dans la masse d’inconnus qu’il connait si bien, nous avons recommencé à respirer sur le même tempo.

De février : L’escapade parisienne que Mister T et moi avons fait pour découvrir le nouvel appartement de Grande Chérie.

De mars : Que garder de mars si ce n’est la sidération du confinement. Ainsi, notre société dite développée qui se targue de pouvoir régler la plupart des soucis d’un claquement de doigts, peut plonger dans la peur et la déroute, laisser sur le bas-côtés des tas de gens, des gens qui travaillent et qui ont des emprunts sur le c* ? Mais de ce mois là je garderai comme un doux souvenir mes nuits de sommeil et nos repas à huit mains, le soleil qui brillait fort et nos repas pris dehors.

D’avril : je garde le manuscrit tombé sous mes mains un peu au hasard, un cadeau fait par je ne sais qui, Des papillons sous oxygène (qui pourrait devenir Nos papillons sous oxygène). Écrit en trois semaines et pratiquement pas retouché. Je ne sais pas quand il sortira. Je l’ai envoyé à plusieurs maisons d’édition et pour l’instant il a été retenu par deux d’entre elles. Lemart avec qui je publie Les Mèreveilleuses en avril prochain, veut le publier pour janvier 2022… Oui, c’est loin… Peut-être ce livre est-il dû à Maurice et à son souvenir encore bien présent dans ma tête? Ou au fait que, la maison remplie, je l’ai intégralement écrit dans mon lit ? Peut-être parce que c’était l’année de nos trente ans de mariage et que nous espérions les fêter avec ceux qui nous avaient accompagnés dans cette histoire un peu folle? Je garde aussi les cours à la maison pour Mister T « parce que moi j’aime bien quand c’est toi qui m’apprends ». Et cette impression de pouvoir profiter les uns des autres, enfin, sans contrainte extérieure.

De mai : La reprise. L’espoir d’un retour à la normale (que j’ai été naïve), les terrasses des cafés, les restaus. Le départ des enfants vers leur vie, les retrouvailles avec la famille et les amis.

De juin : L’impression qu’il manque quelque chose à ma vie et qu’on m’a volé ma saison préférée.

De juillet : Begur bien sûr. Begur déserte et ses terrasses qui n’attendaient que nous. La Bisbal qui m’a offert mes nouvelles assiettes. Cadaquès et ses rues tortueuses qui montent et descendent. Port Lligat et l’émotion qui a serré mon coeur. Quarante ans que je n’y étais pas revenue. J’ai enfin pu visiter la maison de Dali, et sa fontaine de Coca dont nous rêvions enfants. J’ai regardé en contrebas les Béchamel courir dans les couloirs de l’hôtel, j’ai écrasé une larme qui coulait quand j’ai regardé tonton Pierre et Papa foncer sur le Zodiac vers le large. Et je garde aussi, nos plans sur la comète.

D’Aout : Les repas chez les amis, les apéritifs en terrasse. Je n’ai pas de souvenirs précis de ce mois. Un peu comme s’il voulait trop se la jouer, un peu comme s’il disait « beh, profite… T’attends quoi ? »

De septembre : La vraie reprise comme on l’appelait. Les inscriptions à droite et à gauche. L’espoir que tout recommence vraiment comme avant.

D’octobre : Nos séances ciné. Le plein. Et la fin d’un deuxième manuscrit. Sortie prévue en 2022 ou 2023. Oui, on a le temps. Je ne sais trop quoi en penser.

De novembre : le deuxième confinement qui n’avait de confinement que le nom et qui a tout perturbé dans ma tête, moi qui me découvre plus rigide que je ne le pensais. Pourquoi lest-ce si nébuleux et pourquoi les choses ne sont-elles pas plus simples : port du masque obligatoire partout, pour tous. serait bien plus efficace que ce brumeux ici oui, là non. Et puis c’est quoi cette histoire d’attestation qu’on doit se faire soi même alors que je n’ai jamais été contrôlée ? Alors, sur les deux derniers jours. Jouer à la clandestinité, sortir sans attestation, passer devant le commissariat.

De décembre : Je vais garder la course au cadeau qui n’aura pas eu lieu et les animations lumineuses que nous n’aurons pas vues la faute au couvre-feu. C’est encore un peu tôt pour que ma mémoire ait retravaillé correctement ce mois là. Un peu tôt pour qu’elle s’amuse de me voir regarder l’heure et me demander si, alors qu’il est 18h, nous serons rentrés pour 20 heures, sachant qu’il ne m’arrive jamais (jamais) de rentrer à la maison après 19h30.

Le livre que je garde de 2020 : Les Mèreveilleuses (qui est maintenant introuvable sur les sites de vente et pour lequel il faudra attendre avril 2021)

Le film : « Adieu les cons » d’Albert Dupontel

La chanson : Sofia Coppola de Lucas Bel (parce qu’elle a été écrite dans mon grenier)

Le plat : Spaghettis &Meatballs from New York (réalisé au moins dix fois cette année car extrèmement réconfortant et porteur de merveilleux souvenirs)

Le dessert : Le gâteau aux pommes de Maminette. Recette personnelle librement adaptée du Sainte Sabine.

La série télévisuelle : J’ai dévoré Suits commencé dix fois et toujours abandonnée, mais là… là j’ai continué. Et puis Le jeu de la dame sur Netflix alors que je ne comprends rien aux échecs.

Le sport : le yoga, où il parait que j’ai fait beaucoup de progrès. C’est bien ma veine, je croyais qu’il n’y avait pas de progrès à faire en yoga, que ce n’était pas une question de compétition et c’est pour ça que j’aimais le yoga…

Le resto : Celui de nos trente ans autour du lac d’Hossegor. Les hortensias du Lac où ChériChéri avait réservé la meilleure des tables avec vue sur le lac justement.

L’inconnue : Celle qui m’a dit, au cinéma « à votre âge, je voudrais être comme vous, j’adore vos cheveux ». Elle devait avoir trente ans et quand l’envie de couper mes cheveux ou bien celle de refaire une couleur me prend, c’est à elle que je pense.

La photo : Il y en a tellement qu’il est difficile de faire un choix. Mais celle que j’ai mis en couverture de cet article un peu décousu, me parle de vacances, de bonheur et de joie, de courage et d’accompagnement. Bref je l’aime bien.

À vous ! Des bises mouillées

5 commentaires sur “Bilan 2020

  1. Finalement ton année aura été assez sympa, à la relire 😉; merci la mémoire sélective !
    Je ne m’amuserai pas à faire ici la même analyse mois par mois de mon année 2020, elle a été horrible .
    Quand presque tout part en sucette , qu’il n’y a même pas la possibilité d ‘aller au cinoche, au restaurant ou voir tes amis pour te changer les idées , l’année paraît bien bien trop longue! Heureusement qu’il y a à la maison un soleil sur pattes pour éclaircir le ciel! Et que la fin de l’année semble être pleine d’espoir d’un renouveau pour 2021!

    J'aime

  2. 2020, une année bien particulière, marquée par cette pandémie, le relatif isolement qu’elle a entrainé, renforcé pour nous par une grave intervention subie par mon mari fin juin.
    Avant cela, nous sommes restés prudents pour qu’il puisse être opéré, après, nous avons redoublé de prudence pour que, très affaibli, il n’attrape pas le Covid en plus…
    Donc peu de vie sociale cette année, peu de sorties, moins de visites et de rencontres. Heureusement qu’il y avait internet, le jardin, les amis jardiniers connectés et … les gentilles blogueuses qui nous font partager leur quotidien et leurs humeurs !!!
    Et puis fin décembre LA bonne nouvelle de l’année, nous allons être grands parents en juillet 2021.
    Voilà, en bref, mon année…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.