Encore une fois

J’imagine que depuis vendredi, vous l’avez dit un nombre incalculable de fois, mais je crois qu’il va falloir le dire encore une fois : « bonne année »!

En vrai, j’ai bien envie de vous dire que le dire ou pas ne changera rien à la tournure que va prendre l’année. Il y a deux ans, l’année 2019 m’avait flanqué une bonne baffe dès le 4 et pourtant pour conjurer le sort je l’avais souhaité bonne à tout le monde. L’année dernière elle a attendu deux mois et demi, alors maintenant, je fais le dos rond. J’attends de voir. Wait and see comme disait papa.

Tout ça n’est qu’une question de perception, de verre à moitié vide ou à moitié plein. Sans doute, demain ne sera jamais vraiment différent de la veille. Ni du lendemain. Les jours sont une suite qui file à toute vitesse. Pourtant, que j’aime ces débuts d’année. Ces promesses. Ces rêves que l’on fait. Les espoirs que l’on place à des endroits charnières, les élans qui nous meuvent. C’est sans doute ce qui compte dans les débuts d’année : la possibilité de se réinventer et d’oublier ce que l’on a été et que l’on ne veut plus être. La possibilité d’être autre. pas tout à fait la même mais pas vraiment différente.

Cette année pas de Yes Man ni de résolution. Non, cette année je vais laisser les choses aller et je vais les suivre à la trace. J’en ai fait plusieurs l’année dernière, mais le contexte ne m’a pas aidé et bon nombre restent en souffrance : le tatouage, le stage de chansons ou le mojito à Gontaud par exemple, alors je les garde précieusement.

Pas de résolution mais des listes d’envies. Toujours. De revoir New-York avec Mister T et son papa, de partir bronzer en Espagne, envie d’être une meilleure mère et d’accompagner tous mes grands de la bonne façon celle qui leur convient, envie d’être une meilleure amie, fille et amoureuse. Savoir voir les petits instants de rien qui forment un grand tout. Envie de poursuivre dans la voie qui s’ouvre devant moi, envie de trouver ma place dans la maison d’édition qui m’a ouvert ses bras, envie d’être une chouette collègue pour les autres auteurs.

Quand 2021 se fera plus dure, je repenserai à tous les moments doux que nous avons vécu en 2020. Malgré tout. À nos chansons, à nos jeux de société, aux coups de téléphone pour rester en lien, aux langues que l’on a tourné sept fois dans sa bouche, aux fois où l’on n’a pas réussi à le faire. Je penserai aux étreintes, à l’odeur de leur cou, à leurs sourires, à cet amour qui nous lie. Même quand on est loin les uns des autres.

Ce soir (et le soir n’est pas coutume), je me permets de vous embrasser. Cette année encore il va falloir se serrer fort, regarder le monde tanguer et se soutenir les uns les autres. Mais si on se tient fermement les uns aux autres, si on s’envoie des sourires et si on prend le temps de s’écouter, ça devrait aller, non ?

Pic by Geraldine – Ng on Unsplash

6 commentaires sur “Encore une fois

  1. Ton dernier chapitre me rappelle une chanson de Diane Tell , moins connue que d’autre mais que j’ai chantée à tue tête dans ma voiture dans les bouchons d’une autre vie …

    Comme dit BB ( as tu vu qu’il change de ME?😉) “ on va y arriver “.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.