J’ai oublié de te dire

Depuis quelques jours, une notification me rappelle qu’il faut que je renouvelle mon abonnement pour mon nom de domaine du blog. Pas grand chose, quelque euros que j’ai la chance de pouvoir payer sans que ça change ma vie à la fin du mois, seulement voilà : je n’ en ai plus envie. « Mais t’as plus envie de quoi ? » De payer pour avoir un site qui s’appelle nathalie-longevial-auteure.com. Je m’en contrefous à vrai dire. Mon blog, il marchait même mieux quand son adresse était frombaionawithlove.com. Et j’écris tellement ailleurs, dans d’autres dossiers que je n’ai plus le temps de venir ici (et vous non plus, je le vois dans mes stats), alors est-ce vraiment utile de payer pour ça ?

Je ne sais pas ce qu’il va se passer après la mi avril. Le blog va t-il disparaitre et sortir des radars ? Va t-il simplement changer d’adresse et retrouver la première ? Vas-tu pouvoir continuer à venir ici et moi continuer à y écrire au gré de mes envies ? Je ne sais pas.

Comme j’ai oublié de te dire quelques trucs, dans le doute, voilà, je te les balance (en vrac et pas dans l’ordre).

Mon roman Les Mèreveilleuses ressort en juin aux Éditions Lemart. Retravaillé, remodelé. Enrichi. J’espère qu’il saura conquérir d’autres coeurs et si le vôtre vous en dit (de coeur), n’hésitez pas à le relire, à lui laisser des commentaires et des étoiles sur Babélio, Fnac ou Amazon. N’oubliez jamais que ce sont les lecteurs qui font vivre les livres. Votre pouvoir est infini.

J’ai été invitée (sans rien demander à personne) (Souviens-toi, pour Guéthary j’avais dû quémander) à un salon du livre. Un tout nouveau tout beau qui s’appelle « Marque-pages » dans le Lot et Garonne à Boé le 17 avril 2021. Je croise les doigts pour que le Covid ne vienne pas s’en mêler et pour qu’on s’y rencontre. T’es partante ?

J’ai signé un contrat d’édition avec les Éditions Eyrolles pour un futur roman qui devrait sortir en février. Un mois après leur avoir envoyé un manuscrit, j’ai entendu de l’autre côté du fil quelqu’un me dire « bonjour, est-ce que je pourrais parler à Nathalie Long’vial. « Et j’ai su. Comment t’as fait ? Parce que la prononciation de mon nom n’était pas celle de quelqu’un de chez moi. Chez moi on n’avale pas le E (souvent quand les présentateurs parlent de pelouse, je me demande comment ils l’écrivent « plouze »?) La dame que je peux maintenant appeler « mon éditrice » a dit des tas de choses très gentilles à son sujet. Qu’il cassait les codes, que le ton était très personnel, très juste, très actuel et qu’on le reconnaitrait immanquablement et que c’était une vraie force, que le texte était bien loin des clichés. C’est l’histoire d’un mec qui se fait larguer au bout de trente ans de mariage et qui ne veut pas que son histoire d’amour s’arrête comme ça, alors ni une ni deux, il kidnappe sa femme. Si tu viens ici depuis longtemps, tu as même lu l’incipit sur le blog, il y a quelques mois. Le manuscrit que j’ai envoyé, s’il a été retenu à l’unanimité sans bagarre, ni négociation, était trop court, « je l’ai lu super vite, c’est une qualité, mais on a envie de plus » alors, je devais le retravailler. 135 pages plus tard, il en fait 335 et je l’ai terminé hier. Bien sûr il y aura encore du travail, c’est certain, mais je suis assez fière du chemin parcouru.

Je voulais donc te dire merci. Toi qui me suis depuis le début ou depuis quelques jours. Merci d’avoir parlé de moi à tes potes, ta famille et tes collègues. Merci d’avoir acheté mes premiers livres. Merci d’avoir lu ce qui était illisible. Merci de m’avoir poussé à continuer à écrire et à me perfectionner. Merci, parce que j’ai réellement appris que c’est en forgeant qu’on devient forgeron. Les lecteurs qui aiment le ton du blog seront ravis parce qu’il parait qu’il en est le digne descendant.

Au mois de février prochain, tu liras peut-être un roman d’amour dans le train en partant en vacances d’hiver, ce sera lui et j’espère que Gloria et Adrien sauront conquérir ton coeur.

Pour retravailler ce livre j’ai dû abandonner Doro, au fond d’une cellule espagnole. Il est temps que je l’en fasse sortir rapidement, vous savez, toujours cette histoire d’histoire qui va voir ailleurs si on ne s’en occupe pas assez vite.

Allez, je vais la retrouver, bonne journée, et à un de ces jours (j’espère.)

Pic by Thomas Franke on Unsplasch

7 commentaires sur “J’ai oublié de te dire

  1. Un petit pincement au cœur de savoir que le blog risque de disparaître, mais peut être pas, on verra.
    Je coche le salon d’avril, et je croise les doigts pour qu’il soit maintenu, d’ici là s’il fait beau ils nous le feront en plein air peut être. Je ris en pensant au petit cadeau que je vais te préparer à l’occasion.
    J’ai trop hâte de lire les aventures de Gloria et Adrien.
    Je t’embrasse

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour,
    ben moi je tonds ma p’louse, sans perdre de temps sur les voyelles inutiles. Mais pas tout de suite, je la laisse tell’ quell’ tant que les prim’vèr’s sont fleuries. Ce qui me laisse du temps pour lire ton blog où qu’il soit, en attendant les romans.
    Bref, plein de chouett’s nouvell’s que je lis ici (oui, c’est vrai que je parle comm’ ça maint’nant que tu m’l’dis), même si je n’irai pas dans le Lot-et-Garonne : depuis un an, je passe rarement le portail de mon jardin, et quasiment uniquement à pied, autrement dit je ne vais pas loin (en général, je vais courir histoire de bouger un peu, je suis en télétravail depuis un an, les re-confinements et dé-confinements ne changent rien à ma vie).

    Aimé par 1 personne

  3. Je suis pas d’accord pour que tu abandonnes ce blog sans savoir ce qui va se passer!
    Tu n’as pas le temps en ce moment d’y venir , tu débordes de projets et c’est super!
    Mais je suis sure que tu retrouveras le chemin et l’envie de le suivre dans l’avenir, parce que tu auras sûrement des passages sans idées de roman et quand même l’envie d’écrire et de partager.
    Donc fais nous ce petit plaisir steuplêééééé.
    Tiens on nous a demandé de nous présenter lors de ma formation et de , entre autre, conseiller un livre ou une recette de cuisine . J’ai choisi de parler d’un 🧶 merveilleux fil rouge. 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.