Petits noms

Il y a très longtemps, j’ai téléphoné à ma soeur pour lui dire qu’elle avait oublié son téléphone à la maison. Oui, il m’arrive d’être très con, je me console en pensant que ça peut arriver aux meilleurs. Ce jour-là, j’ai cliqué sur le mot Nono. Nono, c’est le diminutif de Virginie. Oui, il ne faut pas chercher de ressemblance. Nono, c’est Virginie. Point barre. Le téléphone sonne, je tourne la tête dans sa direction et là, je vois s’afficher mon nom et mon prénom. Sur le coup, ça m’a tétanisé. Ainsi ma sœur m’avait nommé dans son répertoire comme on le fait pour une vague connaissance. Pas de Nat, Nana, Soeurette, Ma Grande ou autre surnom par lequel elle m’appelait. Pas même Nathalie. À sa décharge, il est vrai que nous sommes nombreuses à nous appeler ainsi, ai-je pensé.

Récemment, alors que j’essayais de joindre Mister T chez des amis (Tanhchou ❤ dans mon téléphone) sans succès, j’ai appelé sur celui de XXX maman de XXX (indiqué comme ça dans mon téléphone) (sans succès non plus). Rentré à la maison Mister T m’a demandé « oh, tu sais comment tu t’appelles dans le téléphone de XXX ? » « Et bien je dois m’appeler « Nathalie, Maman de Tanh ». « Comment tu le sais ? » m’a t-il répondu absolument estomaqué par ce don supplémentaire (ne lui dites pas que toutes les mamans ont ce don, s’il vous plait, bientôt je vais devenir la mère reloue, alors laissez moi encore quelques mois), parce que la liste de mes talents ne cessent d’épater cet enfant !

Il y a dans mon répertoire téléphonique un « Papa » que je n’ai toujours pas effacé, des « Mam », Manou, Nico, Nono, TotoCeHéros, Yves2017 ( mais aussi Yves2013, Yves2015 et YvesFix?), il y a Love, aussi et mes enfants chéris dont j’ai mis les prénoms sous leur photo (ils sont rangés dans mes favoris dans l’ordre d’entrée en scène). Ceux-là squatteront mon téléphone jusqu’au bout. Ils me suivront d’un numéro à l’autre. Je ne m’en déferai pas, même s’il y en a que je n’ appellerai plus jamais.

Et puis il y a ceux dont je ne mets que les initiales, PLBTZ, JLB, STP, ceux dont le nom est celui qu’ils ou elles se donnent en répondant ici en commentaire, et enfin ceux dont j’écris le nom et le prénom en entier, parce qu’au début je ne sais pas quelles seront nos relations. Va t-on rester de vagues connaissances ou faire un bout de chemin ensemble ? Va t-on finir par se trouver des diminutifs ? Vais-je garder ce numéro pour toujours dans mon téléphone ou bien un jour va t-il disparaitre ?

Il y en a certains qui se nomment toujours par leurs noms et prénoms alors que les modalités de notre relation ont changé. Nous nous appelons toutes les semaines on sait sur nos vies bien plus que ne le laisse deviner le nom dans le répertoire. La semaine dernière j’ai fait un tour dans mon téléphone et j’ai voyagé. En lisant des numéros et des noms accolés, j’ai franchi des portes. Tous ces gens que je n’appelle plus (et qui ne m’appellent plus non plus), tous ces gens m’ont raconté mon histoire. Je naviguais entre mes trente ans et mes cinquante en passant par la case quarante : les amis de l’adoption, les maitresses d’école les AVS, mon ancien plombier, mon ancienne banquière (ma préférée à ce jour qui est toujours celle de Grande Chérie et qui finit ses phrases en disant « bises »), une copine de fac et une autre de l’IUFM, d’anciens salariés aujourd’hui partis vers d’autres horizons. Il y a une Lola et un Mickael, Joel, et tant d’autres dont je ne me souviens pas, Sonh notre guide au Vietnam, Jean qui conduisait le bateau quand on a jeté les cendres de papa à la mer, mon ancienne belle-soeur et la nouvelle aussi, la prof de maths de Mister T de l’année dernière, des restaurants aujourd’hui fermés, une femme que j’ai croisée pendant quatre jours au Mexique et qui m’avait donné son numéro en disant « il faut absolument que l’on se revoit » (je ne l’ai jamais revue et elle ne m’a jamais appelée) les amis de mes enfants (depuis le collège de chacun), des gens d’EFA, mon éditrice et puis l’autre aussi, ma prof de violoncelle chérie, la maitresse de Mister T au CP, mon ancien neveu chéri aussi, la psy pendant notre parcours d’adoption et tant d’autres encore.

Je surfais sur les noms comme si je plongeais dans l’arrière boutique de mes souvenirs. J’ai voyagé dans mon passé. C’était bien. J’aurais voulu tous les remercier d’avoir fait un jour partie de ma vie. J’ai pensé à leur envoyer un petit message du style : Merci d’avoir été là, mais ça ne se fait pas ce genre de choses. Et s’ils ne savaient absolument plus qui je suis ? et s’ils m’avaient effacé de leur répertoire comme de leur vie ? Nathalie mère de Tanh, Nathalie DRH, Femme Patrick, Mère Inès, Victor ou Ariane, tous ces surnoms voulaient-ils encore dire quelque chose pour eux ?

Alors, j’ai pris une grande inspiration, j’ai posé mon doigt sur leur nom et je les ai effacés.

Et vous, avez-vous toute votre histoire dans votre répertoire ou bien le nettoyez-vous de temps en temps ?

Pic by Docusign on Unsplash

3 commentaires sur “Petits noms

  1. Moi j’ai toujours Guy dans mon répertoire, d’autres ont été effacé en changeant de téléphone, d’autres ce sont rajoutés comme les numéros de mes petits enfants devenus grands ou les numéros des « vieilles » copines qui se sont modernisées.

    J'aime

  2. Moi aussi j’y ai encore un Dady, des numéros qui ont dus être affectés à quelqu’un d’autre. Je fais très rarement le ménage dans le répertoire, il me suit même lorsque je change de téléphone, je supprime un contact au hasard d’une recherche, mais c’est très rare, on ne sait jamais, on peut avoir besoin de le/la recontacter un jour.
    J’ai plutôt tendance à le faire évoluer, je compile plusieurs fiches, ou plusieurs numéros, je rajoute l’adresse postale, et pour mes contacts les plus proches je change de temps en temps la photo ou la sonnerie affectée (sauf pour Love qui a la même depuis 10 ans).

    J'aime

  3. J’ai un côté conservateur dans les relations humaines. Par contre, pour ce qui est du reste, j’aime faire place nette dès que l’occasion se présente. En huit ans, j’ai déménagé quatre fois et, à chaque fois, j’ai dû remplir au moins trois containers de vieux trucs qui ne me servaient plus.
    Même si je garde les objets qui me rappellent les gens que j’aime, de temps en temps, un peu d’air frais me permet de mieux respirer. Bonne journée !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.