Le marchand de sable

Il faut que je vous raconte. Depuis quelques semaines mois, je dors à peu près bien. Entendez par là que j’arrive à m’endormir facilement et que je ne me réveille pas douze fois par nuit sans parvenir à arrêter le petit moteur qui vit dans mon cerveau. Pour y arriver je n’ai plus besoin de substitut de sommeil non plus. OK, ça ne se voit pas sur mon visage : mes cernes m’aiment encore d’un amour indélébile, mais ça se sent sur mon humeur.

Au début, j’ai pensé que c’était une histoire de réalisation de rêves. Vous savez, genre, maintenant que j’ai réussi à être éditée, tout va aller pour le mieux, y compris le sommeil. Terminé le syndrome de l’imposteur, l’attente du coup de fil salvateur ( à croire que ma vie entière aura tourné autour de l’attente d’un coup de fil), mais, non. Ce n’est pas ça du tout. Parce qu’après un livre, il y en a un autre et, vous qui me connaissez vous savez que je change de genre aussi vite que de petite culotte le matin, ma dernière maison d’édition ne pourra certainement pas éditer le suivant. Il n’a rien d’un feel-good ou en tout cas ça ne se voit au premier abord. Bref. Un vrai casse-tête que cette histoire de maison d’édition sachant que mon prochain roman est déjà parti et que je n’ai aucun retour, que je contrôle mon téléphone plusieurs fois par jour et (bien entendu) que je me dis qu’il ne trouvera jamais d’éditeur.

Donc fatalement, je devrais mal dormir. Eh bien… non, pas du tout!

Parce que j’ai un secret. Le soir, j’enfile mon casque audio et je regarde une série sur Netflix. Je vous vois venir « si c’était que ça, pourquoi tu ne le faisais pas avant ». Parce qu’il ne s’agit pas d’une série lambda. Pas de Game of Thrones, de Bureau des légendes ou les Feux de l’amour. Non. Il fallait quelque chose de… différent. Un truc que personne n’a jamais eu envie de visionner et certainement pas en totalité. Je regarde Un soupçon de magie, l’ histoire d’une magicienne et d’un chirurgien dans une petite bourgade américaine. Dans cette série de 5 saisons de 12 épisodes, il ne se passe rien. Pas de meurtre, de disputes, d’arrestation, d’enlèvements, de dictature à faire tomber, pas d’enjeux, aucun climax. Des sourires, des bons sentiments, des rencontres et une morale américaine à toute épreuve. Ça me fait un bien fou. Je mets trois soirées pour visionner un épisode (ce qui est assez économique vous en conviendrez). Chaque soir, je m’endors avec une facilité déconcertante et mon sommeil est peuplé de rêves dont je me souviens au réveil (ce qui n’a pas de prix quand on a goûté aux nuits sans rêves des comprimés blancs).

En début d’année, je suis arrivée au bout des épisodes disponibles sur Netflix. Je savais qu’il restait deux saisons mais après les avoir cherchées en streaming, sachant que ce n’est pas bien du tout et que je risquais de me faire taper sur les doigts, j’ai compris que ce n’était pas pour moi : je ne suis pas douée pour ce qui est interdit. J’ai jeté l’éponge et me suis jetée sur d’autres séries, espérant que l’histoire se répéterait. Mais cela n’a pas eu lieu. Il ne faut pas que l’histoire me tienne en haleine (c’est pour ça que lire avant de m’endormir n’est pas du tout une bonne idée pour moi : je suis capable de vouloir le terminer. Peu importe l’heure). Après une errance de deux semaines, des nuits à nouveau hachées et le retour du sommeil blanc, j’ai recommencé hier soir la série à la saison 1, épisode 1, dont j’ai pu visionner 18 minutes avant de sombrer dans un sommeil extraordinaire.

Oui, au moins.

Pic by Kate Stone Matheson on Unsplash

4 commentaires sur “Le marchand de sable

  1. J’ai regardé cette série le soir avant de dormir aussi ! Tout à fait d’accord… c’est très bénéfique de se bercer de bons sentiments et de guimauve avant de fermer ses yeux. Dans le même genre il y a aussi sur Netflix A l’ombre des magnolias, ça marche bien également !

    J’aime

  2. Je dois être une extra-terrestre, je n’ai pas Netflix et je n’ai jamais regardé de série. Je n’aime pas tellement les vidéos (alors que les romans, complètement ! les podcasts, oui ! et le spectacle vivant, théâtre en tête, encore plus !). Je dors quand même plutôt bien sans regarder de série, ce qui est le plus efficace pour moi est de faire du sport dans la journée : cela m’aide à m’endormir et cela me protège des bouffées de chaleur (c’est mon quinqua power again).
    Je réalise qu’il ne me manque plus à mon usage de la ponctuation que quelques points de suspension pour faire surgir de l’urticaire chez l’hôtesse de ce blog… voilà qui est fait.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.