Les pages du matin

Il est parti tôt. Je suis restée. J’ai pensé au jour qu’on était. Aux vendredis qui clôturent les semaines de travail. J’aime pas trop les vendredis qui sonnent la fin d’une nouvelle semaine et en ce moment, je trouve qu’elles s’enchainent trop vite. J’ai cherché la date. Le 1er avril. J’ai pensé à la tête qu’allait faire Mister T aujourd’hui, lui qui cherche une blague à faire à son père depuis deux semaines environ. Il est passé par toutes les idées : du wasabi dans son café au piment d’Espelette sur sa tartine. Le café et la tartine ont été avalés sans qu’aucune substance étrange ne vienne perturber leur goût. J’en connais un qui va être déçu.J’en connais un autre qui ne sait pas à quoi il a échappé.

Je serai bien restée dans mon lit mais le rossignol faisait des siennes de l’autre côté de ma fenêtre. Je me suis enroulée dans ma couette et j’ai fermé les yeux. Très fort. Comme quand j’étais enfant et que je croyais qu’un monstre squattait le dessous de mon lit et que j’appelais papa à la rescousse. Mais non, ce n’était qu’un rossignol. Cet oiseau au plumage insignifiant qui me prend pour Blanche-Neige. Est-ce que j’ai vraiment la tronche de Blanche Neige ? J’ai pensé que, peut-être, je pourrais acheter un fusil à plomb, j’ai dit peut-être… que peut-être je pourrais ouvrir la fenêtre et crier un bon coup. Mais, bon. Mister T dormait. J’ai tâté le bord de mon lit. Il n’y avait pas papa et dessous, il n’y avait aucun monstre. J’ai trouvé des mots emmêlés aux moutons de poussière que je n’arrivais plus à compter et qui me filaient entre les doigts. Ces fichus mots qui toquaient à l’intérieur de mon crâne avaient, semble-t-il, des choses à me dire. Ils parlaient de patience et de confiance . Tout un tas de trucs en « ance » qui me donnent la nausée. Les mots, j’en ai assez de les écouter. J’en ai assez de croire en eux. J’en ai même assez de les écrire. même quand ils font leur intéressants et qu’ils jouent des coudes. Ouais. Il y a des jours comme ça.

Au milieu des mots il y avait bienveillance. Et ce fut plus fort que moi. « Je vais t’en donner de la bienveillance ! » j’ai maugréé. À voix basse, parce que Mister T dormait toujours. Et il y a des choses qu’une mère a appris en trente ans de parentalité : il faut laisser les enfants dormir. J’ai descendu l’escalier, en évitant la marche qui grince, appuyé sur l’interrupteur et me suis fait un substitut de café. Tu sais quoi, bienveillance, je vais t’en donner pour ton grade : Je déteste les années qui se terminent par 2. 1992. 2002. 2012 et maintenant 2022. Et puis, je déteste avril quand il commence mal. Je déteste le rossignol. Et puis Blanche neige aussi. Je déteste l’indifférence. Je déteste Instagram qui affiche la vie parfaite des autres alors que je ne vois rien que du flou. Je déteste attendre des réponses. Je déteste ne pas en recevoir et je déteste aussi en recevoir. Surtout quand elles sont négatives. Je déteste qu’on me fasse la leçon. Qu’on me dise qu’il faut persévérer. Ou qu’il vaut mieux renoncer. Je déteste ne pas savoir. Je déteste trop en savoir. Je déteste l’idée d’avoir 50 ans mais je déteste aussi l’idée de revenir en arrière. À 30 ans ? À 40 ? Comment choisir ? Choisir c’est renoncer et peut-être ferai-je d’autres choix. Alors non merci Autant avoir 53 ans et demi passés.

Bref. J’ai repris le stand-up de la quinqua power et vous savez quoi ? Je déteste l’idée que ce que j’écrivais avant est mieux que ce que j’écris maintenant !

Pic by je-sais-pas-qui mais toujours via Unsplash

5 commentaires sur “Les pages du matin

  1. Ici, bienveillance et compassion sont bien au rendez-vous quand j’échange avec d’autres… mais vis-à-vis de moi-même, patience est le mieux que je sache faire. Mais chaque jour, je progresse (quinqua power : on continue à apprendre tous les jours). Je souhaite que pour toi aussi, la journée suivante se soit révélée plus en nuances.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.